Ranger

podcast comment ranger

Challenge 30 jours – Jour 5 – Comment ranger ?

Challenge 30 jours – Jour 5 – Comment ranger ? 1100 880 Virginie

Venez découvrir le Podcast Jour 5 du Challenge 30 jours. Pour poursuivre ce challenge, je vous propose de répondre à une question que l’on me pose souvent « Comment ranger ? » Cliquez sur « Play » pour l’écoute ou faites un clic droit ICI puis cliquez sur « télécharger » pour le recevoir sur votre appareil (pour l’écouter sur votre tablette ou votre smartphone par exemple)

Diète médiatique : moyen efficace de gagner du temps et de la sérénité

Diète médiatique : moyen efficace de gagner du temps et de la sérénité 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Pourquoi ne pas s’alléger un peu en faisant une bonne diète ? Non, je ne parle pas de régime, je vous propose une diète médiatique. Cela va vous permettre de gagner du temps tout en déstressant. Tentant, non ?

Diète médiatique : de quoi s’agit-il  ?

Quelques définitions pour poser le problème  :

  • diète : abstention temporaire, totale ou partielle, d’aliments 
  • médiatique :  relatif aux médias ou à la communication par les médias
  • média : procédé permettant la distribution, la diffusion ou la communication d’œuvres, de documents, ou de messages sonores ou audiovisuels. il peut s’agir de presse, cinéma, radio, télé, vidéo, … (Larousse)

Bref vous voyez de quoi nous allons parler ? 

Faire une diète médiatique revient donc à s’abstenir de façon partielle ou totale de collecter ou de recueillir de l’information par les médias (radio, télévision, presse écrite, alertes Internet ou sur téléphone portable, …).

Il ne s’agit pas d’arrêter de s’informer. Il conviendra plutôt d’être plus sélectif dans le choix des sources d’informations que l’on va consulter. Et ainsi d’éviter tout ce qui est destiné à faire sensation, à marquer les esprits comme certaines images ou vidéos .

Mais pourquoi faire une diète médiatique ?

Les raisons sont multiples et variées mais les plus importantes sont, selon moi, de deux ordres :

C’est bien meilleur pour le moral

Sans aucun doute, limiter au maximum son exposition aux médias diminue son niveau d’anxiété ; en particulier quand il s’agit d’information en continu. En effet, on a tendance à regarder / écouter l’actualité en continu, en particulier lors d’événements graves, pour se tenir au courant. Mais au lieu de nous informer et éventuellement de nous rassurer ; ce flot d’informations, souvent contradictoires, morcelées et répétitives ne génère en pratique qu’un surcroit de stress.

« On regarde la télé pour se rassurer mais la logique de la télévision, c’est de produire du stress »

Entretien avec Serge Tisseron, psychiatre et spécialiste des médias. La Libre

Donc, outre la diminution notable du stress, limiter son exposition aux médias permet de gagner en optimisme et en sérénité.

Ne vous êtes-vous jamais fait la remarque que « tout va mal » après avoir pris connaissance des nouvelles du jour ?

Or, il s’agit bien souvent d’une manière de présenter les choses. Si l’on s’en tient aux médias classiques nous avons le sentiment de vivre dans un monde de plus en plus dangereux, ce qui génère évidemment de l’angoisse. Il y a par exemple une sur-médiatisations de questions liées à la sécurité qui renforcent le sentiment d’insécurité et donc le stress. Et pourtant, certains spécialistes tendent à démontrer qu’au contraire de notre perception, le monde dans lequel nous vivons n’est pas forcément plus dangereux, comme par exemple dans l’ouvrage « Notre monde est-il plus dangereux ? » paru aux Editions A. Colin.

Petit bénéfice supplémentaire : de meilleures habitudes alimentaires car moins stressé on a moins envie de grignoter !

La diète médiatique pour un gain de temps précieux

Il est évident que le temps passé à regarder certaines chaines de télé ou à écouter en boucle des radios d’information en continu n’est pas du temps disponible pour faire autre chose. Or, nous nous plaignons souvent de ne pas avoir assez de temps libre. On peut faire beaucoup de choses au lieu de regarder les infos en continu ! À vous de décider, vous avez enfin du temps ! Si LCI vous sert de fond sonore, pourquoi ne pas écouter de la musique à la place ? Là aussi, c’est bien meilleur pour le moral !

Ainsi dégagé de la pression imposé par le trop d’information, le cerveau est plus disponible ; vous aller gagner en créativité et en liberté d’esprit.

Comment faire cette diète médiatique ? 

En pratique c’est très simple !

Supprimer toutes les sources d’information sans valeur

Il suffit de supprimer toutes les sources d’information sans valeur, qu’il s’agisse de la télé de la radio ou d’internet ou trop chronophage.

Comme il quand même important d’être informé(e), il est ensuite nécessaire de chercher une source d’information qui vous permet en un minimum de temps d’avoir un maximum de contenu.

Chercher une source d’information efficace

Quand je vivais en France, j’écoutais France Info en boucle, puis au début de ma précédente expatriation j’ai remplacé France Info par RFI que j’écoutais aussi en boucle, dans ma voiture. À l’époque, en pleine épidémie de fièvre Ebola avec un mari qui voyageait en Afrique mon stress était à son maximum. J’ai donc décidé d’arrêter la radio. N’ayant pas de télé et souhaitant quand même être bien informée, je me suis abonnée au journal Le Monde, en ligne (très sérieux, n’est-ce pas ?). C’était passionnant mais cela me prenait trop de temps et il y avait tellement de contenu qu’une fois ma lecture terminée il ne me restait presque plus rien.

Bref, j’ai décidé qu’il fallait trouver un moyen efficace d’être bien informée, sans stress et que cela soit relativement rapide. C’est ainsi que j’ai découvert « Brief me« .

Pourquoi j’aime Brief.me

Pour commencer je précise que je n’ai aucun partenariat avec eux et que je ne reçois aucune rémunération de leur part ; c’est juste que je trouve ce moyen de s’informer parfait !

Comme il est indiqué sur leur site « Brief.me vous réconcilie avec l’info en vous livrant l’essentiel de l’actu triée, résumée et expliquée par une équipe de journalistes expérimentés, tous les soirs à 18h30 et le samedi matin pour notre édition du week-end. Vous recevez Brief.me par e-mail dans votre boîte de réception et pouvez nous lire en ligne sur le site et sur notre application mobile.

Brief.me est né d’un double constat : alors que le volume d’information disponible est aujourd’hui pléthorique, s’informer n’a paradoxalement jamais été aussi difficile. Faire le tri entre l’important et l’urgent, entre les vraies actus et les hoax, entre les petits buzz et les infos de fond, tout ceci demande de plus en plus de temps et d’expertise. 

Brief.me promeut une nouvelle forme de journalisme, le « slow media » qui consiste à proposer moins de contenu, mais plus de sens sous une forme épurée sans publicité. Au milieu d’un flot ininterrompu d’informations et de pubs qui déferlent sans filtre sur vos pages Facebook ou Twitter, vos applis mobiles, vos agrégateurs ou vos télévisions, Brief.me est une parenthèse de calme et de détente. »

Voilà, tout est dit. L’essai d’un mois est gratuit et ensuite si vous décidez de vous abonner ça revient à 4,90 €/mois (abonnement annuel) ou 6,90 €/mois (abonnement mensuel).

Vous l’aurez compris : j’adore !

Supprimez le journal et gardez la gaufre … c’est meilleur pour le moral ! 😉

Et du côté de la messagerie ?

Stop aux e-mails en continu

Dans l’article « Stress : quand les nouvelles technologies de l’information s’en mêlent » il est souligné qu’en moyenne, un cadre reçoit ou émet 150 mails par jour, soit un message toutes les 4 minutes. Alors comment résister à la « dictature » de l’émetteur et limiter les interruptions de travail, tout en répondant dans un délai raisonnable. »

Quelques conseils

Pour limiter le stress et la perte de temps liés à une consultation en continu de sa messagerie, l’article précité propose quelques conseils bienvenus :

  • Limitez l’ouverture de votre messagerie : 2 à 3 fois par jour, aux moments où vous êtes le plus disponible. Et pour éviter les relances, prévoyez un message automatique de réponse.
  • Établissez des priorités en créant des procédures de tri (selon l’importance ou l’urgence) et de destruction automatique des mails inutiles. Insistez auprès de vos contacts pour que l’objet du mail figure en bonne et due forme afin d’établir vos priorités de lecture et de réponse.
  • Préférez les contacts en direct : répondez en face-à-face lorsque votre interlocuteur est dans le bureau voisin ou par téléphone plutôt que par mail ou SMS.
  • Créez une seconde adresse dédiée aux contacts prioritaires.
  • Ayez une adresse mail professionnelle et une autre personnelle, afin d’éviter que le stress professionnel n’envahisse votre vie privée et vice versa.

Je trouve ces conseils très pertinents et je dois vous avouer que j’essaie chaque jour de limiter l’ouverture de ma messagerie ; ce n’est pas simple mais petit à petit on progresse !

Les réseaux sociaux, on en parle ?

Je crois que tout a déjà été dit sur le sujet ! Les réseaux sociaux sont addictifs, chronophage, …. mais tellement sympas et utiles 😉.

Au sujet de l’addiction, je vous invite à visionner ces passionnantes vidéos produites par Arte : « Dopamine« . Vous pouvez également le montrer à vos enfants si vous en avez !

Donc, à défaut de pouvoir s’en passer, il est essentiel de pouvoir en limiter le temps d’usage. Le Monde dans son article « Quatre applis pour reprendre le contrôle de son téléphone » conseille :

  • « temps d’écran » (IOS),
  • « Offtime » (sur iOS et Android)
  • « Flipd » (sur iOS et Android)
  • « Forest » (sur iOS et Android)

À vous de choisir celle qui convient le mieux. Personnellement, j’utilise « temps d’écran » !

Et, si vous doutez encore car vous avez peur de ne pas être informé(e), en particulier lors de la survenance d’évènements graves : n’ayez crainte ! Vos amis / collègues / connaissances seront toujours là pour partager avec vous les informations essentielles !

Voilà vous savez désormais ce qu’est une diète médiatique et comment la faire ; je vous ai même donné mon arme secrète pour être informé sans stress et perte de temps ! À vous de jouer maintenant !

Surtout n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous pour me dire ce que vous en pensez. Avez-vous déjà essayé ?

Ranger sa salle de bain en 3 étapes

Ranger sa salle de bain en 3 étapes

Ranger sa salle de bain en 3 étapes 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Ranger sa salle de bain est souvent un défi ! Il y a beaucoup de choses qui traînent et on ne sait jamais par où commencer. Et pourtant, vous allez voir que ranger sa salle de bain n’est pas aussi difficile que vous l’imaginez !

Je vous livre ici toutes mes astuces en 3 étapes pour réussir à avoir enfin une salle de bain rangée dans laquelle vous aurez plaisir à vous préparer.

On s’y met ? 

Étape #1. Désencombrer

Comme dans toute opération de rangement, la première étape, qui est primordiale, est l’étape du désencombrement.

La bonne nouvelle, ici, c’est que désencombrer une salle de bain est une opération facile à réaliser. 

Pourquoi ? Car dans une salle de bain, il y a de nombreuses choses à jeter ! Mais avant de commencer, on se prépare ! Là aussi, rien de très compliqué ! 

On se prépare

C’est un peu comme un échauffement, ça met dans le bon état d’esprit et par la suite cela évite de perdre du temps et de la concentration !

Outre une tenue confortable et une musique entraînante, prévoyez:

– un espace dégagé afin de disposer les différents objets de la salle de bain par catégories. Le sol de la salle de bain fait très bien l’affaire !

– des sacs poubelle

– un ou plusieurs sacs de recyclage

– un contenant comme un panier pour récupérer rapidement tout ce qui n’est pas à sa place dans la salle de bain

– de quoi nettoyer les placards vidés avant d’y remettre vos affaires

Tout est prêt ? Alors on y va !

On vide pour mieux ranger sa salle de bain

Tout doit y passer : 

  • le dessus du meuble du lavabo, puis les tiroirs et les rangements sous le lavabo 
  • l’armoire à pharmacie
  • le placard à linge
  • la douche et/ou sur le bord de la baignoire
  • votre trousse de maquillage, ou trousse de toilette

Ne négligez aucun recoin de votre salle de bain ! Sortez TOUT de vos armoires, paniers, sacs, tout ce qui occupe un espace dans votre salle de bain. 

On élimine

Triez au fur et à mesure ! Au fur et à mesure que vous videz, disposez les objets sur le sol à un endroit précis selon leur destination finale : poubelle, recyclage, dons, salle de bain ou à ranger ailleurs.

Destination Poubelle 

  • les produits inutilisés ou à peine utilisés, que vous n’utiliserez plus (vous pouvez également les donner si leur état le permet)
  • des outils de coiffage anciens, cassés ou inutilisés
  • les produits ouverts depuis trop longtemps, …

Je suis sûre que votre salle de bain regorge de flacons, pots, sprays et autres contenants à produits de beauté ouverts depuis …vous ne souvenez même plus depuis quand ! Et pourtant, les produits de beauté qu’il s’agisse de maquillage, de soin pour le corps, de vernis, de shampooing ou de savon périment ! Et cela assez rapidement. En général c’est inscrit sur l’emballage et le délai varie de 3 à 6 mois !

Alors en cas de doute, n’hésitez pas : direction la poubelle !

Recyclage 

  • Les flacons vides peuvent être recyclés et s’ils sont presque vides, combinez-les pour les finir !
  • Les serviettes de bain trop abimées pour être données
  • Les médicaments comme les produits de beauté se périment. De plus, à part quelques médicaments dont on se sert régulièrement, on utilise rarement les restes de prescription médicale car on oublie à quoi ils servent (et l’automédication n’est pas recommandée) ! Ne les mettez pas à la poubelle mais rapportez-les à votre pharmacien.

Dons 

  • Les serviettes et draps de bain usagés ou que vous n’utilisez jamais (si leur état le permet)
  • Les produits inutilisés ou à peine utilisés, que vous n’utiliserez plus
  • Les parfums que vous n’utilisez plus

Profitez-en pour vous débarrasser de vos erreurs d’achat … Vous voyez ce dont je veux parler ? Il n’y a aucune chance que ce rose vous aille mieux dans 6 mois (et en plus il sera périmé !).

Et ça, j’en fais quoi ?

Les échantillons

En ce qui concerne les échantillons de produits de beauté, il est probable que la plupart de ceux que vous gardez soient aussi périmés ! Pour les autres, gardez uniquement ceux qui peuvent vous servir et rangez les tous dans une petite boîte / pochette où vous saurez les retrouver ; donnez les autres !

Jouets de bain pour enfants

Un tri s’impose ! Ne gardez que ceux que les enfants utilisent vraiment. En ce qui concerne les jouets de bain pour enfants moisis, soit vous arrivez à les nettoyer (vraiment !), soit vous les mettez au recyclage.

Les vieilles brosses à dents 

Changez de brosse à dents tous les 3 mois et réutilisez les usagées pour faire le ménage.

Quelques astuces !

Vous devez être très rigoureux dans votre tri ! N’oubliez pas que ce sont simplement des produits cosmétiques ou d’hygiène ! Ne culpabilisez pas si vous avez fait des erreurs d’achat, cela arrive à tout le monde. N’hésitez pas à donner ce qui peut l’être, je pense en particulier au maquillage que l’on n’utilise pas.

Lorsque vous retirez tous les articles de vos étagères et placards, organisez ce que vous allez conserver, en petits tas. Par exemple : maquillage, shampoing, médicaments, etc. Cela vous facilitera la tâche lorsque vous commencerez à ranger ces objets.

Ça y est le désencombrement est terminé ? Alors il est temps de faire un peu de ménage avant de passer à l’étape suivante !

Étape #2. Ranger vos produits

Vous allez être heureuse d’apprendre que le plus dur et le plus long est fait ! Maintenant que votre salle de bain est désencombrée et propre, il reste simplement à ranger.

Quel système de rangement choisir ?

Pour cela, il faut simplement que vous réfléchissiez au système de rangement que vous souhaitez mettre en place. Et cette étape est très personnelle. Nous n’avons pas tous les mêmes envies et les mêmes besoins dans nos salles de bains.

Sortir tous vos articles du placard et les disposer en tas, vous a permis de mieux appréhender la manière dont vous alliez pouvoir ranger pour optimiser votre espace. Cela vous a aussi permis de réfléchir aux contenants (panier, boite, organiseur de maquillage…) dont aviez besoin pour que votre rangement vous rende la vie plus simple.

Pensez accessibilité

Rangez les articles que vous utilisez le plus souvent dans les parties les plus accessibles de votre salle de bain

Placez toujours les produits les plus récents à l’arrière de vos placards – cela vous permettra de les utiliser dans l’ordre où vous les avez achetés ; vous pouvez aussi stocker les fournitures supplémentaires et des articles non essentiels dans un espace dédié.

Vous êtes plusieurs à partager la salle de bain

Dan ce cas, il faut prévoir un espace et une place pour chacun.

Et pour la zone de la douche / baignoire ?

Rendez votre espace de douche propre et rangé en remplaçant les bouteilles volumineuses par de jolies bouteilles à pompe rechargeables. Si vous en avez la possibilité, achetez vos produits en vrac, cela permet de réduire efficacement vos déchets d’emballages plastiques. Vous pouvez procéder de même au bord du lavabo et de la baignoire

Besoin d’idées de contenants ?

Je vous en ai déjà parlé dans d’autres articles mais j’adore la boutique Dille & Kamille (je précise que je n’y ai aucun intérêt commercial !). Il y a plein de ravissants accessoires, souvent en produits naturels, pour avoir une salle de bain rangée et harmonieuse.

Un beau panier à linge incite à y mettre son linge sale dedans, non ?

On y retrouve même le fameux Porte-savon « écoliers » … ça rappelle des souvenirs !

Étape #3. Maintenir rangé et propre

Bravo, vous avez réussi à vous créer une salle de bain agréable dans laquelle vous vous sentez bien ! Alors gardez-la comme ça !

Comment faire ?

Là aussi c’est assez simple !

N’oubliez pas que votre salle de bain n’est pas un magasin !

Vous n’avez pas besoin de stocker un nombre infini du même produit ; un produit d’avance suffit ! Mais guère plus car cela prend de la place.

  • Utilisez ce que vous avez déjà avant d’acheter plus !

Avant d’aller faire du shopping beauté, faites un tour dans votre « stock » pour vérifier que vous n’avez pas cet article chez vous !

  • Débarrassez-vous régulièrement des produits que vous n’utilisez pas ou plus
  • Ne placez pas d’articles qui n’appartiennent pas à votre salle de bain dans celle-ci, ou pensez à les remettre à leur place après usage

Les bénéfices

Le premier et non des moindres est le plaisir d’avoir une salle de bain dans laquelle il fait bon de se préparer !

Mais vous allez être enchanté(e) de constater qu’une salle de bain rangée est une salle de bain facile à nettoyer et à entretenir. Ainsi, il vous sera désormais plus aisé de maintenir votre salle de bain en état.

De plus, les produits qui sont dorénavant rangés dans votre placard s’abîmeront moins et dureront plus longtemps car ils seront conservés à l’abri de la lumière.

Et pourquoi ne pas vous remercier de ce rangement en prenant un bon bain bien mérité ?

Un dernier conseil !

Le désencombrement et le rangement de votre salle de bain peut être l’occasion d’une prise de conscience de l’impact sur l’environnement que génèrent nos habitudes.

L’idée n’est pas ici de vous faire culpabiliser. Mais simplement de vous faire prendre conscience (si ce n’est déjà fait) qu’il rentre dans notre salle de bain énormément de plastique et de substances nuisibles (pour nous et notre environnement).

Il n’est pas nécessaire de tout changer, ni d’arrêter de se maquiller mais simplement d’être un peu plus attentif à notre consommation. Et pourquoi ne pas commencer par remplacer votre gel douche par un savon de qualité ?

À vous jouer ou plutôt de ranger ! Car vous maîtrisez désormais les 3 étapes pour ranger votre salle de bain : désencombrer, ranger vos produis et maintenir rangé / propre.

Et si vous souhaitez plus de conseils pour alléger votre salle de bain et essayer de la rendre plus « green » sans vous prendre la tête, dites-le moi en commentaire !

Et s’il vous reste encore un peu d’énergie pour désencombrer, pourquoi pas s’attaquer à la cuisine ? Plongez-vous dans la lecture « Mes 14 astuces pour une cuisine au top » !

garde robe capsule :top ou flop

La garde-robe capsule : Top ou Flop ?

La garde-robe capsule : Top ou Flop ? 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 5 minutes

La garde-robe capsule ça vous dit quelque chose ? Non !

Eh bien imaginez, le matin, vous êtes devant votre dressing (plein à craquer pour beaucoup d’entre nous !) et, comme d’habitude, vous ne savez pas comment vous habiller ! Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas seule ! Désolée pour les hommes qui ont commencé à lire cet article ! C’est un peu un truc de filles, non ?

Selon un article intitulé « Les chiffres (effarants) du gaspillage textile en France » (Source Europe 1- économie) une française achèterait 30kg d’habits chaque année, chaque logement renfermerait l’équivalent de 114 euros de vêtements qui ne sont jamais portés et 60% des Français possèdent des vêtements qu’ils ne portent jamais (source : Planetoscope).

Pourquoi ? Car trop souvent, on utilise le shopping pour se réconforter ! Et pourtant au fond, on sait bien que cela ne nous rend pas plus heureux ! 

Alors pourquoi continuer à dépenser ses sous dans des pièces dont vous n’avez pas vraiment besoin et/ou qui ne vous plaisent pas vraiment ?

Eh bien la garde-robe capsule serait LA solution à votre problème !

On voit ça en détails ?

Garde-robe capsule, c’est quoi exactement ?

La garde-robe capsule s’inscrit dans une démarche minimaliste car il s’agit de limiter ses possessions à un certain nombre de pièces qui fonctionnent bien entre elles ; permettant ainsi de créer rapidement (et même à l’avance) des tenues complètes. Tentant non ?

L’idée de la garde-robe capsule est de réduire sa garde-robe à un assortiment de 33 pièces comprenant sacs, écharpes, chaussures mais pas les bijoux, sous-vêtements, pyjamas, tenus de soirées ou de sport.

Une fois votre capsule complétée, vous n’achetez plus rien pendant 3 mois. Au bout de ces 3 mois (une saison), vous pouvez alors acheter de nouveaux vêtements pour ajuster ou compléter cette garde-robe capsule. 

Certaines personnes créent des capsules pour chaque saison. Mais attention, il ne faut pas remplacer tous les vêtements ; il convient de garder au moins les 3/4 de votre garde-robe peu importe la période de l’année (en mettant, par exemple, de côté les pulls d’hivers pendant l’été).

Envie de créer votre garde-robe capsule ?

Je commence par où ?

C’est assez simple.     

Réfléchissez à ce que vous aimez porter et définissez votre style

Avant de vous attaquer à vos placards, commencez par réfléchir à ce que vous aimez porter en termes de formes, de couleurs, de matières. À partir de là, essayez de définir votre style, même si cela n’est pas toujours facile.

Comprendre et connaître sa morphologie, ses couleurs et son style est un bon point de départ pour constituer une garde-robe idéale. Cela permet de trouver une ligne directrice et d’éviter de (re)faire des erreurs d’achat.

Si cette étape vous bloque et que vous en ressentez le besoin, pourquoi ne pas vous orienter vers un coaching en image ? À ce sujet, je vous conseille la lecture de « Et si vous deveniez votre propre coach en image ?», vous allez adorer !

Quand vous savez où vous voulez aller en termes de style, il va s’agir de faire du tri dans votre dressing pour savoir exactement ce que vous possédez !

Videz votre dressing et triez vos vêtements

Comme pour n’importe quelle action de désencombrement, on sort tout et on se met à trier !

Faites trois piles : une pile je garde, une pile je donne ou vends et une pile je ne sais pas. Mettez le contenu de cette dernière pile dans un carton et si au bout de deux mois (de la même saison) vous n’avez pas cherché à les mettre, donnez-les !

Sélectionnez les pièces qui composeront votre garde-robe capsule

C’est à ce moment que s’opère la différence entre garde-robe classique et garde-robe capsule ! Il va s’agir de sélectionner un certain nombre de pièces ! Généralement, un dressing minimaliste comprend entre 30 et 50 pièces toutes saisons confondues. Vous avez peut-être déjà entendu parler du projet 333 ? Il consiste à ne garder que 33 pièces pour chaque saison !

Bon nombre de ces pièces sont ce que l’on appelle des « basiques« , c’est-à-dire de belles pièces intemporelles qui vont avec tout ! Par exemple un beau trench. Pour en savoir plus sur les basiques, vous pouvez lire « Les 6 vêtements basiques que vous devez posséder dans votre garde-robe»

Et si vous avez besoin de compléter cette garde-robe que ce soit au moment de sa mise en place initiale ou plus tard, surtout ne perdez pas de vue, que l’idée de la garde-robe capsule est d’acheter moins mais mieux !

Une fois le désencombrement réalisé et le tri effectué, vous pouvez passer à l’étape suivante, le rangement.

Rangez vos vêtements

Ensuite, vous pouvez classer par type de vêtements : hauts, bas, sous-vêtements, ….

Mais un système de rangement est assez personnel. Il faut trouver celui qui vous convient et qui est le plus pratique pour vous, en fonction de vos besoins et de vos placards.

Le but est d’arranger votre placard au mieux pour voir au maximum vos vêtements et vous faire gagner du temps quand vous cherchez une tenue.

Pour vous aider, faites une pause et allez vite lire « Dressing : mes 10 astuces pour un rangement au top», il y a plein d’idées pour vous aider !

Besoin d’un exemple ?

Selon Béa Johnson, spécialiste mondiale du Zéro Déchet « Construire une garde-robe minimaliste prend du temps, car vous apprenez des erreurs de garde-robe du passé, apprenez à connaître votre corps et testez votre créativité.

Après des années d’expérimentation, j’ai compilé une garde-robe qui correspond parfaitement à mes besoins (lifestyle, travail, voyages). »

Selon elle, ses 8 hauts, 5 bas et 2 robes, illustrés ci-dessous, lui permettent de se créer une large gamme de tenues. Et toute sa penderie rentre dans une seule valise !

Que trouve-t-on dans le dressing de Béa Johnson ?

Source : Zerowastehome

Les avantages et les inconvénients de la garde-robe capsule

Les avantages de la garde-robe capsule

Voilà, selon moi, les avantages que l’on peut retirer de la mise en place de ce type de garde-robe :

  • la simplicité : peu de pièces, mais intemporelles et facile à assortir
  • on peut mixer sans problème quasiment toutes les pièces ! Donc moins de vêtements mais plus de possibilités de tenues
  • Pour les 3 mois de la saison, plus besoin de se poser des questions, de faire du shopping, etc, puisqu’on ne s’habille qu’avec les pièces présentes dans son dressing
  • on ne porte que les vêtements que l’on aime vraiment
  • le gain de temps et d’énergie le matin car on définit ses tenues à l’avance
  • le placard ne déborde plus, il est plus aéré et les vêtements ne sont plus oubliés !
  • permet d’en finir avec les achats impulsifs et la surconsommation de vêtements, tant nocive pour notre portefeuille que pour l’environnement.
  • on consomme plus intelligemment et plus responsable
  • permet d’investir dans de belles pièces au lieu de multiplier les achats compulsifs ou impulsifs !
  • le contrôle de son budget est facilité.

Les inconvénients de la garde-robe capsule

  • La principale difficulté vient du fait qu’il faut faire des choix. Si l’on souhaite ne retenir que 33 pièces, cela signifie que le choix est drastique !
  • Je trouve que le nombre de vêtements est très personnel et cela n’est pas le plus important au final ; c’est d’avoir de beaux vêtements, de qualité, que l’on met souvent et que l’on aime porter.
  • Il est difficile de se contenter d’une petite sélection quand on vit dans un pays où le climat est trop changeant et que l’on passe parfois par les 4 saisons en une journée !
  • Porter énormément les mêmes vêtements les use plus vite et ce d’autant plus qu’il s’agit de vêtements de seconde main.
  • Le risque de se lasser. Quand on aime le changement, on peut avoir l’impression de porter tout le temps les mêmes pièces
  • Elle demande de la patience.

Voilà vous savez désormais tout ou presque sur la garde-robe capsule ! Vous voulez savoir si ma garde-robe est une garde-robe capsule ? Eh bien non ! Je m’y suis beaucoup intéressée, je trouve l’idée ultra séduisante mais j’ai été incapable de réduire autant mes possessions ! Mes placards ne débordent pas, j’aime les vêtements que je possède et je les porte régulièrement. Alors je me suis dis à quoi bon me rendre malheureuse à essayer de trier … chacun fait comme il veut !

Et vous qu’en pensez-vous ? Laissez moi un commentaire ci-dessous pour me le dire !

Ranger vos papiers en 5 étapes

Ranger vos papiers en 5 étapes

Ranger vos papiers en 5 étapes 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 3 minutes

« Ranger vos papiers » Rien que de lire ces mots vous commencez à vous sentir mal. Et pourtant ranger ses papiers n’est pas si compliqué. Il suffit d’un peu de méthode. Ça vous dit d’essayer ? On respire et on y va !

1. Acceptez de ranger vos papiers !

Les papiers font partie de la vie. Eh oui malheureusement… Mais faire l’autruche ne sert, bien souvent, qu’à empirer les choses !

Donc prenez votre courage à deux mains et mettez en œuvre ces conseils. vous verrez qu’avec un peu d’organisation et de pratique cela sera beaucoup moins douloureux !

Accepter de ranger vos papiers

2. Identifiez les papiers qui encombrent

– Quels sont ces papiers qui vous encombrent ?

Il peut s’agir de papiers administratifs, de documents divers et variés, de dessins d’enfants, de magazines, ….

– D’où viennent ces papiers ? Y a-t-il quelque chose à faire pour limiter le flux ? 

Demandez-vous comment ces papiers arrivent à votre domicile.

En fonction de la manière dont ces papiers atterrissent chez vous, essayez de réfléchir à des solutions permettant de limiter le flux. Par exemple, s’il s’agit de courrier papier, est-il possible de recevoir les documents par mail ? Outre le désencombrement de la boîte aux lettres, cela a l’avantage de la rapidité de traitement !

Demandez également à recevoir vos factures par mail et à être prélevé(e). Là aussi, ranger un mail est plus simple que de traiter un papier et cela prend moins de place. De plus, le prélèvement vous évite d’avoir à effectuer une démarche.

Pensez aussi à mettre un Stop Pub sur votre boîte aux lettres ; ça n’empêche pas tout mais ça limite !

limiter le flux de papiers

3. Adoptez le carton magique pour ranger facilement vos papiers

Mettre en place un carton ou une boîte d’archives dans lequel vous mettez tous les papiers dont vous ne savez que faire, ceux qui sont anciens et ceux qui ne servent pas. Inscrivez une date d’« échéance administrative » dessus, dans 3 ans par exemple. À cette date : jetez le carton !

le carton magique pour les papiers dont vous ne savez que faire

4. Videz votre boîte aux lettres et traiter votre courrier tous les jours

Commencez par prévoir une corbeille pour le courrier à traiter, factures à payer, ou encore un organiseur de bureau.

Chaque jour, ouvrez votre boîte aux lettres pour y prendre votre courrier !

Personnellement, quand je reçois du courrier, je l’ouvre dès que je l’ai en main puis je décide de ce que je dois en faire : poubelle (de tri pour le papier) ou traitement. J’ai une pince dans laquelle je mets les courriers à traiter ; il y en a peu car je n’aime pas quand les choses traînent !

Une fois le courrier traité, il faut le ranger. Pour cela, pensez à utiliser des pochettes à élastiques en inscrivant sur la tranche la catégorie correspondante « assurance voiture », « location », « banque », « diplômes », « état civil », … Vous pouvez ensuite regrouper ces pochettes dans des range-revues et les mettre sur une étagère.

Si les documents sont anciens et donc ne vous servent pas souvent (ou pas du tout), vous pouvez mettre les pochettes à élastique dans des boîtes d’archives

N’oubliez pas d’inscrire dessus la date à partir de laquelle vous pourrez les jeter (en fonction des délais légaux de conservation).

 Vider la boite aux lettres tous les jours

5. Faites vos démarches administratives une fois par semaine 

Pour rendre cela moins pénible, vous pouvez vous servir un verre ou thé selon l’heure. Siroter un breuvage réconfortant aide toujours dans ces circonstances ! Avec modération, bien sûr car il s’agit de terminer ce que vous aurez commencé !

a. Les affaires courantes

Cela correspond en principe aux courriers à traiter mais des mails peuvent s’y ajouter. Faites une liste au fur et à mesure que ces obligations arrivent et traitez en une fois ! 

Bien évidemment faites-le avant si c’est une urgence !

affaires courantes ou les papiers administratifs de tous le jours

b. Une comptabilité à tenir ?

Si vous êtes tenus de conserver vos factures pour une comptabilité, réfléchissez à un système de classement efficace. Là aussi, vous pouvez utiliser un organiseur de bureau qui vous permettra un pré-classement rapide de vos documents.

Un dernier conseil bonus : ranger vos papiers veut aussi dire ranger les dessins de vos enfants !
Ma méthode est assez simple Mettez les productions artistiques de vos enfants dans une grande boîte en carton, sauf si elles méritent d’être mises au mur. Une fois de temps en temps, triez le contenu de la boîte avec votre enfant. Le temps ayant passé, cela lui permettra d’avoir un peu de recul sur la qualité de son travail. Et puis vous avez toujours la possibilité de scanner les dessins, pour en faire un album photos par exemple ; beaucoup plus simple à stocker.

Voilà, désormais vous savez comment faire pour ranger vos papiers !
Et si, au-delà des papiers, vous avez besoin de conseils pour ranger votre bureau, je vous recommande la lecture de « Comment ranger votre bureau efficacement en 8 étapes ».
Et surtout n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me dire ce que vous faites de vos papiers !

ranger son garage

Ranger votre garage en 3 étapes

Ranger votre garage en 3 étapes 1170 1768 Virginie

Temps de lecture : 3 minutes

Quand on a la chance de posséder un garage celui-ci a souvent tendance à servir de débarras ! On y accumule tant de choses que ranger son garage devient vite compliqué. Je vous propose ici de ranger votre garage en 3 étapes et je vous donne plein d’astuces pour être sûr de réussir.

Etape n° 1 : Faites un état des lieux

À quoi sert le garage ?

Un garage sert en principe au moins initialement à protéger son véhicule des intempéries. Mais avec le temps, il devient un endroit de rangement où l’on peut se débarrasser de tout ce dont on ne sait que faire dans la maison. Le garage se transforme ainsi souvent en un lieu très, voire trop encombré, où parfois même la voiture n’a plus sa place ; on peut même dire un vrai bazar !

Que faire du garage ?

Que vous souhaitiez simplement le ranger ou même en faire une pièce supplémentaire pour votre maison, il va falloir réfléchir à la fonction du garage afin de pouvoir le ranger au mieux et optimiser l’espace. En effet, si vous n’avez pas de voiture (ou si elle dort dehors), votre garage pourrait, pourquoi pas, être transformé en salle de sport ou en bureau.

Établissez un planning 

Ranger son garage peut prendre beaucoup de temps et d’énergie. Il vaut donc mieux le planifier sur plusieurs week-ends et le faire sur des demi-journées, cela vous évitera d’être découragé ! Et plus vous avez accumulé, plus vous aurez de choses à trier, et plus cela prendra de temps ! Armez-vous donc de patience et de courage ! Mais croyez-moi le jeu en vaut la chandelle !

Faites-vous aider

Si la tâche vous paraît démesurée, n’hésitez pas à vous faire aider. Il peut s’agir d’amis sympas ou d’un(e) Home-organiser. 

Préparez-vous 

Il s’agit de prévoir des cartons, des sacs poubelles et/ou des bacs pour trier ce que vous souhaitez donner, vendre, jeter ou garder.

Mais surtout, ne commencez pas par acheter des solutions de rangement avant d’avoir désencombré sérieusement, ça ne serait pas vraiment efficace : on désencombre puis on évalue ses besoins de rangement !

En outre, n’oubliez pas d’enfiler une tenue confortable qui ne soit pas fragile. Vous pouvez également mettre une musique entraînante, ça aide toujours !

Commencez par l’entrée du garage

Si votre garage est super encombré, commencez par l’entrée, cela vous permettra de cheminer jusqu’au fond.

Etape n°2 : Désencombrez

Il s’agit de l’étape préalable, indispensable à toute opération de rangement. Désencombrer signifie qu’il va falloir le vider, trier, jeter, donner ou vendre. Vous allez vous séparer de tout ce qui est cassé, en double, inutile, de ce que vous n’aimez pas ou qui est trop petit (ex : des vélos d’enfants !). Bref, comme pour la maison, l’idée est de ne garder que ce que vous aimez et ce qui est utilisé ! Exit les « au cas où » ! 

Pour vous aider je vous invite à lire « Les 30 objets dont vous pouvez vous débarrasser tout de suite sans réfléchir », car si on trouve, en général, ces objets dans la maison, il y en a sûrement plein dans votre garage !

Pendant que vous opérez ce tri, essayez de commencer à grouper toutes les affaires par thématique, si vous le pouvez ! Cela vous permettra de gagner du temps à l’étape suivante.

Etape n° 3 : Comment ranger votre garage ? 

Maintenant que vous avez désencombré vous allez pouvoir ranger. Voilà 18 astuces pour un rangement au top !

  • Installez des étagères pour dégager le sol
Ikea
  • Optez pour des boîtes transparentes, plus pratiques pour repérer le contenu
  • Mettez des étiquettes sur les boîtes de rangement, si le contenu n’est pas visible ; cela permet de retrouver facilement et rapidement ce que vous cherchez.
  • Fixez des étagères pour ranger en hauteur
  • Suspendez les vélos au mur ou au plafond afin d’optimiser l’espace au sol
Ikea
  • Ranger les trottinettes au mur à l’aide d’un porte-trotinette
  • Créer des rangements au plafond en y installant des glissières pour pouvoir glisser des boîtes de rangement
  • Installez des volets ou des panneaux perforés pour y accrocher vos outils 

Soyez créatifs, utilisez :

  • Une palette et des gouttières pour ranger les outils du jardin
  • Quelques pots en verre pour ranger les vis
  • 5 ou 6 tendeurs élastiques pour fabriquer, facilement, un espace rangement pour les ballons ! 
  • Une table pliable afin de créer un établi qui ne prend pas de place ! Il vous suffit simplement d’une planche de contreplaqué et de quelques charnières.
  • Des accessoires de bureau comme des pots à crayons pour vos petits outils
  • Une palette en bois accrochée au mur sur laquelle vous fixerez les rangements qui vous conviennent
  • Des boîtes de conserve peuvent aussi être réutilisées pour stocker de petits outils
  • Quelques moules à muffins pour vos petites pièces métalliques
  • Des moules à tarte découpés en deux, fixez-les au mur de votre garage et rangez vos lames de scie circulaire en toute sécurité 

Si vous avez encore besoin d’idées, allez jeter un coup d’œil sur le site postris.com ou pojocraft.com. Ce sont deux sites en anglais mais il y a plein de photos d’idées pour ranger votre garage (les illustrations viennent de là !).

Voilà, je suis sûre qu’avec cette méthode votre rêve de ranger votre garage va pouvoir devenir réalité.

Alors bon rangement de garage !

Et n’oubliez pas de me raconter comment ça c’est passé ! J’attends avec impatience vos commentaires.

comment-classer-vos-photos-pour-les-retrouver-

Comment classer vos photos pour les retrouver, enfin !

Comment classer vos photos pour les retrouver, enfin ! 1070 813 Virginie

Temps de lecture : 4 minutes

Vous rentrez de vacances et vous voilà désespérés car vos nouvelles photos viennent s’ajouter aux anciennes. Et La question revient : comment trier et classer toutes ces photos ?

Si vous en avez assez du désordre qui règne dans vos fichiers photos, et que vous voulez enfin trouver une solution, cet article est fait pour vous !

Bonne lecture !

D’où vient le problème ?

Avec le numérique – appareil photo ou téléphone – on fait beaucoup – trop – de photos ! Du coup, on se retrouve rapidement, en particulier de retour de vacances, avec des centaines de photos ! Plus celles que l’on prend au quotidien, on est rapidement débordé !

Quand vous décidez de vider votre support – téléphone ou appareil photos – c’est souvent dans l’urgence (votre espace de stockage étant saturé). Vous enregistrez tous ces nouveaux fichiers dans un dossier dans votre ordinateur, « vacances » par exemple ! Les nouveaux fichiers s’ajoutent aux précédents et vous connaissez la suite ! 

Tous les fichiers sont mélangés et vous ne retrouvez plus rien !

Est-il nécessaire de classer ses photos dans des fichiers ?

Cela dépend de vos goûts et de vos besoins ! Si vous aimez le classement chronologique ou par lieux (si votre appareil est doté d’un GPS activé), alors il suffit de laisser fonctionner sur son ordinateur les applications Photos d’Apple ou Microsoft.

Que penser du système de stockage proposé par Apple ou Microsoft 

Qu’il s’agisse d’Apple ou de Microsoft, comme je vous l’ai dit, dans les 2 cas il s’agit d’applications photos qui permettent essentiellement le classement chronologique des photos. Donc on ne parle pas vraiment d’une organisation de vos photos.

De plus il existe un risque lié à la suppression des fichiers. En effet, si vous supprimez des photos sur votre Iphone celles-ci se suppriment aussi sur votre ordinateur lorsque la photothèque iCloud est activée.

Alors, comment classer vos photos ?

1. Enregistrez vos photos sur votre ordinateur

Que vous preniez des photos avec votre téléphone ou avec un appareil photo, la première chose à faire est de « rapatrier » vos photos sur votre ordinateur. N’oubliez pas de repérer elles sont enregistrées dans votre ordinateur.

 Je travaille sur Mac mais je n’utilise pas Photos pour classer mes photos. Pendant longtemps je n’utilisais même pas Photos mais la fonction « Transfert d’images » qui me permettait de les importer depuis mon téléphone directement dans un dossier. Depuis peu, j’ai changé de façon de procéder et je me sers désormais de Photos pour exporter mes fichiers photos.

2. Triez

Soyez sans pitié ! Supprimez toutes les photos en double, flous, quasi identiques, mal cadrées ou sans intérêt.

C’est une étape qui prend souvent du temps. Alors mon conseil, à l’avenir essayez de trier au fur et à mesure sur votre téléphone ou votre appareil photo ; cela vous fera gagner beaucoup de temps devant votre ordinateur !

3. Choisissiez un classement

Comme pour tout système de rangement, il s’agit d’un choix très personnel.

Réfléchissez à un classement efficace qui pourrait vous convenir. Ça veut dire quoi ? Il s’agit d’un classement qui vous permettra de retrouver rapidement et simplement vos photos. Donc le vôtre ne sera pas celui de votre voisin(e) ou de votre meilleur(e) ami(e).

Ce classement peut se faire par :

  •  année / mois / jour 
  •  thème. Exemple : famille avec des sous-thèmes pour les différents membres de la famille
  • évènements. Exemple : mariage, anniversaire, lieux visités, voyages, …

    Un autre classement peut consister à indiquer d’abord l’année puis le mois et ensuite d’attribuer un mot ou deux du thème. Par exemple : 
  • 2020-07-Vacances Bretagne 
  • 2019-01-Ski
  • 2019-12 -Noël

L’important une fois votre système de classement établi c’est de s’y tenir pour que l’ensemble soit cohérent.

Mon classement ?

Personnellement, je classe mes photos par thème puis par années et éventuellement par mois. 

J’ai notamment :

  • Un dossier Astrid (prénom de ma fille) puis des sous-dossiers par années et par mois.
  • Pour les voyages, des dossiers par destinations et par années.
  • Un dossier « famille » dans lequel j’enregistre les photos de mes proches y compris celles que je reçois par mail. Elles sont classées par membres de la famille.

3. Classement Top départ !

Ça y est ! Vous avez trouvé comment vous souhaitez organiser vos photos. Il s’agit maintenant de les classer dans les dossiers que vous aurez créés ! 

4. Au secours, je ne m’en sors pas !

Si vous n’avez jamais classé vos photos, ne mettez pas la barre trop haute car vous risquez de vous décourager. Patience !

Classer ses photos prend du temps et si vous partez de trop loin dans le temps vous allez rapidement en avoir marre ! Commencez, par exemple, par les photos prises lors de vos dernières vacances. Cela vous permettra de créer votre premier dossier.

Par la suite, vous pourrez remonter dans le temps. Petit à petit !

Soyez tolérants avec vous-même ! La perfection n’est pas de ce monde et ayez conscience que vous n’aurez pas un classement parfait du jour au lendemain. Mais petit à petit vous allez réussir à tout classer et cela sera extrêmement satisfaisant.

comment-classer-vos-photos-pour-les-retrouver-Toscane-Moontepuliciano-

5. Et la sauvegarde de vos trésors ?

Là encore le choix est vaste et dépendra de vos envies et de vos besoins. Vous pouvez choisir une sauvegarde en ligne comme, par exemple, Google photos ou Dropbox. 

Une autre solution consiste à utiliser un disque dur externe ou une grosse clef USB. Pour plus de simplicité, mieux vaut dédier ce stockage à vos photos.

Et s’il vous reste un peu de temps amusez-vous à créer des livres photos. Il y a plein de sites sur internet qui proposent ce genre de produits. Perso, j’utilise Photobox. Ça prend du temps à réaliser mais c’est toujours un immense plaisir de les feuilleter.

6. Besoin d’un classement plus professionnel ?

Si vous faites vraiment beaucoup de photos, le classement que je vous ai proposé et que j’utilise ne vous suffira peut-être pas. 

Alors, je vous propose alors de consulter l’excellent article du photographe Laurent Breillat « Comment classer ses photos ? ». Il vous explique notamment comment utiliser un logiciel spécifique de classement photo, que personnellement je n’utilise pas.

Voilà je pense que vous avez désormais plein d’outils pour avoir enfin le classement que vos photos méritent !

Et si cela vous paraît difficile, n’hésitez pas à prendre contact avec moi, je pourrai vous y aider.

Par ailleurs, l’espace « commentaires » ci-dessous est fait pour vous ! Vous pouvez y poser vos questions ou y déposer vos réactions. N’hésitez pas également à partager vos trucs de classement photos !

J’ai hâte de vous lire !

Mes 14 secrets pour une cuisine au top

Mes 14 secrets pour une cuisine au top 1070 713 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Aujourd’hui pour une cuisine au top, on ne parle pas uniquement rangement mais également environnement !

Papier aluminium, film étirable plastique, papier sulfurisé, éponges jetables, papier essuie-tout ou Sopalin, notre cuisine est remplie de produits jetables, souvent à usage unique ! Ceux-ci sont évidemment mauvais pour la planète mais également, souvent, pour notre santé.

Pourtant il existe des alternatives simples, plus saines et écologiques.  Il faut juste changer un peu ses habitudes ! Ça vous dit d’essayer ?

1. Bye-bye aluminium et film étirable !

On sait désormais que le plastique et l’aluminium sont hautement toxiques pour la santé. Il est donc important de remplacer au maximum les contenants et les « enveloppants » plastiques ou aluminium par autre chose. Pour une cuisine au top, on privilégie les produits durables.

Selon les usages, je les remplace par les Bee Wraps, les charlottes ou couvre-plats, ou encore des torchons. Pour les contenants j’utilise des contenants en verre Duralex.

Un Bee wrap c’est quoi ?

Il s’agit d’un emballage réutilisable  fabriqué à partir de tissu que l’on enduit de cire d’abeille. Cela sert à conserver les aliments (sauf la viande ou le poisson cru) de la même façon qu’on le fait avec le papier aluminium ou à recouvrir un contenant comme un plat/saladier.

L’entretien est très simple : lavage à l’eau froide, savonneuse si besoin. Ensuite on le laisse sécher et c’est reparti !

Il faut juste faire attention de ne pas le chauffer à plus de 40 ° car évidement la cire fond !

Les charlottes ou couvre-plats 

Comme les charlottes que l’on porte pour prendre sa douche, il en existe pour couvrir les différents contenants que vous utilisez en cuisine. Ils sont en tissu, enduits ou non.

Les couvercles en silicones

Moins écologiques que les charlottes en tissu, ils existent en différentes tailles, sont très pratiques et durables.

2. Adieu sacs plastiques ou autres emballages jetables

Essayez d’éviter au maximum les produits suremballés et misez le plus possible sur le vrac ; qu’il s’agisse des rayons ou magasins de vrac, des marchés ou en direct au producteur. Il est désormais possible un peu partout de se faire livrer des paniers de fruits et légumes en direct de producteurs locaux. Ceux-ci reprennent souvent les emballages et si ce n’est pas le cas, les contenants sont plutôt en carton.

Quand vous faites vos courses, prenez sacs, paniers et autres cabas afin de pouvoir refuser les sacs plastiques que l’on propose. De petits sacs en tissu vous permettront également d’éviter les sachets jetables. Vous pouvez y mettre vos fruits et légumes, mais également tous les aliments secs que vous trouvez en vrac.

De retour à la maison, il suffira de les transvaser dans des bocaux ou directement dans le frigo, pour les légumes par exemple.

On peut faire de même quand on va chez le boulanger pour acheter du pain et des croissants.

3. Fini le sopalin, vive les chiffons lavables

Nous avons tous pris l’habitude d’utiliser du Sopalin pour tout faire, même s’essuyer les mains. Or, le coût de cette usage intensif est élevé, qu’il s’agisse de votre portefeuille ou de la planète.

Alors pourquoi ne pas faire des chiffons dans de vieux draps ou des tee-shirts en fin de vie ? Quand ils sont sales vous les mettez à laver avec le reste de votre linge et le tour est joué ! Je vous assure au début cela a été un peu difficile de changer les habitudes (surtout pour mon mari et ma fille) mais nous y sommes (presque) arrivés ! Pour les bêtises du chat, je garde quand même un rouleau en réserve ! L’idée n’est donc pas de tout changer d’un coup mais de limiter au maximum sa consommation.

4. On utilise des serviettes en tissu

C’est un peu comme pour le sopalin. On a tendance à utiliser des serviettes en papier au quotidien. Et c’est tentant car elles sont de plus en plus jolies. Mais en fin d’année, la quantité de papier est considérable. Alors essayer de troquer vos serviettes en papier contre du tissu ! C’est tellement plus agréable !

5. Vive les brosses en bois

La prochaine fois que vous devrez remplacer votre brosse à vaisselle, pensez à en prendre une en bois. Certaines ont même une tête que l’on peut remplacer, sans jeter toute la brosse !  

En plus d’être écologiques, elles sont jolies ! Vous ne trouvez pas ?

6. On adopte une gourde

Que ce soit à la maison ou en ballade, vous pouvez remplacer les bouteilles en plastiques par une gourde ou une carafe en verre. Et si vous n’aimez pas le goût de l’eau du robinet, insérez dans votre carafe un filtre à charbon. C’est super efficace !

De même, pour les compotes de vos enfants, il est possible d’éviter les gourdes de compotes jetables. Il suffit d’investir dans une gourde réutilisable de type « Squiz ». Personnellement j’utilise une gourde en silicone de la marque Béaba car elle est très facile à nettoyer et ultra résistante.

7. On vire Georges de sa cuisine !

C’est vrai qu’il est charmant Georges Clooney ! Mais aussi pratiques soient-elles, les capsules de café sont tous sauf écologiques ! Alors le jour où il faudra remplacer votre cafetière à capsules, regardez du côté des « vraies » machines à expresso. Elles sont devenues plus abordables et pratiques. Et surtout le café en vrac est beaucoup moins cher que les capsules et moins polluant !

8. On utilise une chaussette 

Pour les thés, il est possible d’utiliser des chaussettes à la place des filtres jetables. Non pas les vôtres ! Mais des chaussettes à thé faites exprès pour cet usage. On appelle ça aussi des filtres à thé textile.

Pour le café, il existe des filtres réutilisables.

Une sacrée économie sur le long terme !

9. On troque les pailles en plastique contre des pailles réutilisables

Comme les enfants ont du mal à s’en passer, on investit dans des pailles durables !

Ce n’est pas le choix qui manque : inox, bambou, verre, … à chacun sa préférence. Chez nous, c’est l’inox qui a été choisi, simple d’entretien et inusable.

10. On congèle sans sac plastique ou barquette aluminium

Depuis longtemps je congèle mon pain en utilisant des torchons. Mais il y a quelques temps j’ai découvert qu’il existait des sacs de congélations en tissu réutilisables. J’en ai acheté un pour essayer et je suis ravie. Seul petit bémol, le prix. Il faut compter 6.5 euros pour un sac d’un litre (15 x 15 cm) ; mais ils ont le mérite de durer très longtemps ! À s’offrir de temps en temps !

Pour les autres aliments, j’utilise des contenants en verre de type Duralex. Ils sont super pratiques car ils vont aussi bien au congélateur qu’au four !

11. On réduit ses produits ménagers à l’essentiel

Contrairement à ce que les médias veulent nous faire croire, il n’est pas nécessaire de multiplier les produits d’entretien pour avoir une maison propre. Quelques produits de base de qualité sont largement suffisants.

On fait beaucoup de choses avec du savon noir, du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc. Vous trouverez pleins de tutoriels sur internet en fonction de vos besoins.

Pas de temps pour fabriquer vos produits ou pas l’envie ? Vous pouvez désormais acheter tous les produis d’entretien en vrac. Il suffit de venir avec vos bidons. Simple, non ?

Personnellement, je fabrique mes produits d’entretien à l’exception de la lessive et du produit vaisselle. Pour ces 2 produits, je n’ai jamais été satisfaite par mes produits maison. Du coup je les achète en vrac et ils sont de très bonne qualité. 

À titre d’exemple, pour nettoyer ma plaque en vitro-céramique, je mets à parts égales de l’eau et du vinaigre blanc dans un vaporisateur ; je vaporise, un coup de chiffon et le tour est joué. Aussi efficace et moins onéreux qu’un produit spécifique.

12. Et pour les éponges on fait quoi ?

Il existe désormais de nombreuses alternatives aux éponges synthétiques. Et c’est plutôt une bonne nouvelle, car en Europe il s’en consomme plusieurs dizaines de millions par an ! Ça fait frémir !

Elles peuvent être naturelles que l’on trouve dans la mer ou végétales, à base de cellulose de bois, de chanvre (celles que j’utilise : trouvées au supermarché !) ou de coton. Mais également en matériaux recyclés (tissus) pour les fameux Tawashi  (faciles à faire soi-même. On trouve des tutos sur internet).

Bref, en cherchant un peu vous trouverez pleins d’idées pour éviter l’utilisation des éponges synthétiques.

13. On oublie la vaisselle jetable

On utilise souvent de la vaisselle jetable, souvent en plastique, quand on reçoit beaucoup de monde ou pour les goûters d’anniversaire car c’est pratique !

Mais là aussi des alternatives existent. Déjà le carton, mais également les feuilles de palmier (testé pour un anniversaire de ma fille, les enfants avaient adoré !). Un peu plus cher mais vraiment durable : l’inox.

14. Composter c’est facile !

Il faudrait un article entier pour vous parler du compostage.

Si vous avez un jardin, sachez que c’est hyper simple ! Il existe des bacs à compost, plus ou moins grands dans tous les magasins de bricolage et l’on trouve pleins de tutoriels sur Youtube.

En appartement, c’est un peu plus délicat mais il semble que beaucoup y arrivent aussi.

Cela fait maintenant 10 ans que je composte car j’ai la chance de vivre en maison. Pour moi, le bénéfice principal est de sortir ma poubelle beaucoup moins souvent.

Un ultime conseil : ne vous prenez pas trop la tête et ne fixez pas la barre trop haute ! Essayez une chose, changez une habitude puis passez à une autre. C’est la meilleure manière d’y arriver.

Voilà, désormais, vous connaissez mes secrets pour avoir une cuisine au top.

Si vous avez besoin de conseils pour ranger votre intérieur, je vous invite à lire mon article « Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ? » ou à me contacter directement.

Et surtout, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ; c’est toujours un grand plaisir de vous lire.

5 astuces simples pour désencombrer

5 astuces simples pour désencombrer

5 astuces simples pour désencombrer 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 2 minutes

Je vous propose ici 5 astuces simples pour désencombrer.

Francine Jay, la minimaliste et pionnière américaine du coaching en désencombrement, les cite dans son livre « The joy of less » et j’ai eu envie de les partager (ou re-partager) avec vous.

Astuce n°1 : Quand un rentre, un autre sort !

Dans votre dressing, quand un article rentre, un autre doit sortir ! Simple, non ?

Pour plus de conseils pour votre dressing, n’hésitez pas  à lire : « Dressing : mes 10 astuces pour un rangement au top ».

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top
Un dressing au top

Astuce n°2 : Installer une « out box »

Une quoi ? Il s’agit d’une boite ou d’un panier. Vous y mettez tout ce que vous ne souhaitez pas conserver chez vous. Disposez-le dans un endroit facilement accessible où chacun pourra y déposer ce qu’il n’utilise plus.

Dans cet ordre d’idée, j’ai dans le coffre de ma voiture un sac dans lequel je mets les vêtements à donner. Je le remplis au fur et à mesure. Quand il est plein je vais le déposer dans le container prévu à cet effet.
L’avantage, c’est que ca ne traine pas dans l’entrée. En outre, dans le coffre on est moins tenté d’aller récupérer ce qui s’y trouve ! Non ?

« out box »

Astuce n°3 : Emprunter au lieu d’acheter ! 

Outils, livres ou vêtements, … si vous le pouvez, empruntez les objets ; ce peut-être à des amis, des voisins ou encore des entreprises spécialisées ! Cela évite la surconsommation.

En ce qui concerne les vêtements je vous invite à lire mon article « La box vêtements : un vrai bon plan ? »

La box vêtements : un vrai bon plan ?
Emprunter ou louer des vêtements au lieu de les acheter

Astuce n°4 : Dégagez une surface.

Cette astuce pour désencombrer consiste à dégager une surface.

Il peut s’agir d’un plan de travail dans la cuisine, du dessus d’un meuble ou d’une table, … bref d’une surface sur laquelle s’entasse le désordre.

L’idée est de débarrasser cette surface de ce qui s’y trouve afin qu’elle soit de nouveau visible. Bref, vous saisissez l’idée ?

Astuce n°5 : Faites votre lit chaque jour !

Je vous en avais déjà parlé dans un article « Ma check-list quotidienne pour un intérieur harmonieux ». Mais croyez-moi, votre chambre aura l’air tout de suite mieux rangée quand votre lit sera fait !

faire son lit-ranger
Faire son lit quotidiennement

Voilà pour ces 5 astuces simples pour désencombrer. J’espère qu’elles vous aideront à y voir plus clair dans votre intérieur.
Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire ! 

ranger-livres-couleurs-

Ranger ses livres : un vrai défi !

Ranger ses livres : un vrai défi ! 1169 697 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Vous avez des piles de livres chez vous qui attendent d’être lus ? Et pourtant vous continuez à acheter d’autres livres quand vous en avez l’occasion ? Et vous vous demandez souvent comment ranger tous ces livres ? 

Le livre peut parfois être une véritable source d’encombrement qui peut même aller au-delà de la bibliothèque ; la maison étant pleine de piles de livres disposées ça et là. 

En faisant quelques recherches, je suis tombée sur plusieurs articles très intéressants qui m’ont donné envie d’en savoir plus.

Ce que j’ai découvert va vous étonner, j’en suis sûre.

Piles de livres-lecteur-ranger-livres

Le goût des livres à l’extrême ou l’impossibilité de ranger ses livres

Comme le souligne un article bien documenté sur le sujet intitulé  « Êtes-vous atteint de Tsundoku ou de bibliomanie ? » (sur le site Dicopathe.com) : « le goût des livres et l’envie de les collectionner peuvent conduire à une forme extrême d’addiction, assimilée à une véritable pathologie » avec bien évidemment des conséquences négatives pour la personne mais également pour l’entourage.

Penchons-nous tout d’abord sur le Ttsundoku. Il s’agit d’un terme japonais utilisé pour décrire une personne qui possède beaucoup de littérature non lue.

Tsundoku

Le professeur Andrew Gerstle de l’Université de Londres a expliqué à la BBC que le terme était assez ancien. Il a été trouvé dans des écrits dès 1879, ce qui signifie qu’il était probablement utilisé avant.

Le mot « doku » peut être utilisé comme verbe pour signifier « lecture » et le « tsun » dans « tsundoku » proviendrait de « tsumu » – un mot signifiant « s’entasser« .

Ainsi, une fois assemblé, « tsundoku » a le sens d’acheter du matériel de lecture et de l’empiler.

En pratique, le tsundoku présenterait 3 caractéristiques principales :

  1. une addiction à l’acquisition et à la possession de livres, qu’il s’agisse d’achats programmés ou impulsifs ;
  2. la construction de piles, érigées selon la personnalité de chacun dans un style artistique, ordonné ou anarchique ;
  3. le fait que la lecture de ces livres, parfois juste entamée, est systématiquement remise à plus tard.
Tsundoku-ranger-livres

Mais à côté du Ttsundoku est également évoqué le terme de Bibliomanie. Et si les deux termes ont pour conséquence d’accumuler les livres, le « pourquoi » de l’accumulation est un peu différent.

Bibliomanie

Cette notion d’accumulation (sans utilisation du terme de « bibliomane ») apparaît relativement tôt dans l’ouvrage de Jean de La Bruyère Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688) qui inclut au « De la mode » la brève description d’un collectionneur compulsif de beaux livres « dorés sur tranche » « qui ne lit jamais ».

Un des premiers utilisateurs du terme bibliomania, en latin, fut le recteur de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas qui en 1739 l’utilisa pour qualifier non pas une pathologie, mais l’amour des livres et du savoir. 

Même en Russie !

Dans un article publié sur le site Slate.fr et intitulé « La bibliomanie, ou quand l’accumulation de livres devient un problème« , le journaliste Robin Panfili évoque un cas célèbre, celui d’Aloïs Pichler qui, en 1869, fut engagé comme bibliothécaire à la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg en Russie. Deux ans plus tard, on découvrit que les 4.500 ouvrages qui manquaient dans les rayonnages de la bibliothèque se trouvaient chez lui !

L’article relate également l’histoire de Richard Heber qui, à partir de 1804, collectionna un total de 146.000 livres rares, répartis dans huit maisons avec naturellement de graves conséquences financières.

Cette bibliomanie fut considérée comme une maladie pseudo-psychologique sombre qui a sévi parmi les classes supérieures en Europe au cours des années 1800. Les symptômes comprenaient une frénésie pour la chasse aux premières éditions, aux exemplaires rares, aux livres de certaines tailles ou imprimés sur du papier spécifique.

Certains collectionneurs ont dépensé toute leur fortune pour construire leurs bibliothèques personnelles. Bien qu’elle n’ait jamais été classée médicalement, les gens des années 1800 craignaient vraiment la bibliomanie (Bibliomania, the Dark Desire For Books That Infected Europe in the 1800s – Atlas Obscura).

Une épidémie au 19 ème siècle

Des ouvrages de l’époque lui furent également consacré comme Bibliomania qui est le titre d’un roman du XIXe siècle de Thomas Frognall Dibdin qui prétendait explorer la «folie du livre» c’est à dire l’acte de ne pas pouvoir arrêter de collectionner de la littérature.

Selon sa définition, les personnes atteintes de bibliomanie étaient obsédées par des livres uniques tels que les premières éditions et les exemplaires illustrés.

Réelle ou non, la bibliomanie serait un trouble obsessionnel compulsif, qui se manifeste par la collection, l’acquisition et/ou l’accumulation de livres en tous genres et dans de telles proportions que la santé ou les relations sociales de la personne souffrant de ce trouble psychologique peuvent s’en trouver endommagées.

Bien que bibliomanie et Tsundoku avaient des significations similaires, il existe bien une différence clé : la bibliomanie décrit l’intention de créer une collection de livres alors que le Tsundoku décrit plutôt l’intention de lire des livres et leur éventuelle collection accidentelle.

Bibliothèque-désordre-ranger-livres

Mais sans tomber dans ces deux extrêmes, l’amour des livres et de la lecture nous conduit souvent à les accumuler et il est parfois nécessaire de ranger ses livres.

Mais je fais comment pour ranger mes livres efficacement ?

Comme pour tous mes conseils de rangement, avant de ranger ses livres il est nécessaire de désencombrer. Je sais que cela est souvent difficile, en particulier pour les livres car nous y sommes souvent attaché(e)s.

Pour Marie Kondo, les livres font partie des objets que les gens ont du mal à jeter. Nombre de personnes avouent, qu’elles soient avides de lecture ou non, ne pas arriver à s’en séparer, mais le problème réside en fait dans la manière de procéder.”

Elle reprend donc pour les livres, la même technique qu’elle utilise pour désencombrer le reste de la maison. Cette technique consiste à réunir l’ensemble des livres de la maison au sol au lieu d’effectuer le tri directement dans la bibliothèque.

Cette méthode est très efficace pour visualiser la quantité de livres possédés mais si vous êtes seul(e) à ranger ce peut-être un peu décourageant.

Vous pouvez donc choisir de réunir une partie de vos livres sur une table pour commencer à les trier. Si cela est possible réunissez les livres d’une même catégorie, cela facilitera le rangement.

Comment décider si je garde tel ou tel livre

Vous pouvez vous séparer des livres :

  • que vous ne relirez plus
  • qui sont périmés (comme les guides touristiques, les guides de bonnes adresses, …)
  • que vous n’aimez pas (par exemple : certains livres de cuisine dont les recettes s’avèrent nulles !)
  • qui vous ne procurent pas de plaisir
  • qui sont manifestement trop encombrement (par rapport à la place disponible)

Ces livres qui ne retourneront pas dans votre bibliothèque peuvent être vendus ou donnés (à des amis ou des associations). Si vous n’en avez pas trop à donner, pensez à les mettre dans les boîtes à livres, ça fera des heureux. Et si vous avez du mal à vous en séparer, imaginez que ces livres auront une deuxième vie ailleurs ; j’aime beaucoup cette idée du voyage des livres !

Rangez vos livres

Pour ranger vos livres, plusieurs techniques s’offrent  à vous :

  • Rangement par taille : les livres de poche d’un côté, les grands formats d’un autre. Esthétique mais peu fonctionnel
  • Le classement par auteur en mélangeant les tailles – poches et grands formats. Pratique quand on cherche un livre mais pas très esthétique.
  • Ranger les livres de sa bibliothèque par couleur. Très esthétique mais peu pratique !
  • Par genre. On classe les livres par thème comme dans une bibliothèque publique : voyages, BD, policiers, sport, art, etc…
livres-cuisine-ranger

Ma méthode

À la maison, je fais un « mix » de ces méthodes : 

  • Je classe par « thème » les beaux livres – grands formats et moyens formats. J’ai par exemple une étagère « Océan Indien » : en plus de 8 ans de vie dans la région on accumule pas mal d’ouvrages !
  • J’ai réuni les livres de poches
  • Les BD vivent ensemble
  • Les albums photos ont leur étage
  • Les livres de ma fille sont dans sa bibliothèque.
Une petite partie de ma bibliothèque

S’agissant des livres de cuisine, ils sont désormais assez peu nombreux car je me suis rendue compte qu’il est beaucoup plus simple et rapide de rechercher une recette sur le net que dans un livre ; d’autant que l’on peut ajuster la recherche aux ingrédients que l’on a en stock. Si vous avez assez de place, vous pouvez les ranger dans votre cuisine ; chez moi ce n’est pas le cas.

À l’avenir je fais comment ?

Comme dans toute opération de rangement, le risque, une fois le désencombrement effectué est que le flux entrant demeure supérieur au flux sortant ; c’est-à-dire que vous continuez à acheter pleins de livres et vous n’en faites pas sortir de votre bibliothèque ! 

Je vous partage mon expérience qui peut être une solution pour gérer le flux.

J’adore les livres, ou plutôt nous adorons les livres. C’est de famille et nous avons transmis cela à notre fille. Lors de notre précédente expatriation nous avons même dû prendre un garde-meuble pour y stocker tous nos livres ; impossibles à déménager tellement le volume était important !

Vive la liseuse

Mais les murs n’étant pas extensibles, j’ai personnellement adopté, il y a quelques années, le livre numérique et ma liseuse Kindle ne me quitte plus. C’est moins chaleureux que le papier mais bien pratique :

  • on peut commencer à lire un livre immédiatement. A l’époque, étant expatriée loin de la France, cela me permettait de lire les livres que je souhaitais sans attendre l’ouverture de la librairie et surtout les 3 semaines de commande, si l’ouvrage n’était pas disponible en magasin. Un luxe donc !
  • on peut lire sans gêner la personne qui dort à vos côtés,  
  • il n’y a plus de problème de stockage, 
  • on peut emporter pleins de livres en vacances sans surpoids de bagage !

Ma fille était aussi une grosse lectrice, elle lit également sur liseuse depuis quelques mois. Pas tous, évidemment, nous achetons encore pas mal de livres papier pour elle, mais moins.

Désormais nous achetons essentiellement des « beaux livres » (donc plus rarement) et des guides de voyage !

Par ailleurs, je revends et/ou je donne régulièrement les livres que ma fille ne lit plus (et ne lira plus); j’avoue j’en garde quand même quelques uns en souvenir ! J’ai aussi beaucoup donné de livres de poches dans le passé. Avec le numérique la question ne se pose plus.

Voilà, désormais ranger les livres n’aura plus de secret pour vous ! Et si vous souhaitez en savoir un peu plus loin sur le rangement, je vous invite à lire « Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ?« . Mais vous pouvez également me laisser un commentaire pour me parler de votre rapport aux livres, cela m’intéresse beaucoup !

    Afin de pouvoir envoyer ce message, j'ai besoin de votre autorisation pour traiter vos données:

    Politique de confidentialité

    Pour assurer le bon fonctionnement de ce site, nous devons parfois enregistrer de petits fichiers de données sur l'équipement de nos utilisateurs. La plupart des sites web font de même.

    Qu'est-ce qu'un cookie ?

    Un cookie est un petit fichier texte que les sites web sauvegardent sur votre ordinateur ou appareil mobile lorsque vous les consultez. Il permet à ces sites de mémoriser vos actions et préférences (nom d'utilisateur, langue, taille des caractères et autres paramètres d'affichage) pendant un temps donné, pour que vous n'ayez pas à indiquer ces informations à chaque fois vous consultez ces sites ou naviguez d'une page à une autre.

    Consultez la politique de confidentialité ici

    Activer/désactiver Google Analytics
    En visitant ce site web, vous consentez à l'utilisation des cookies conformément à la politique de confidentialité.
    >