Ranger

comment-classer-vos-photos-pour-les-retrouver-

Comment classer vos photos pour les retrouver, enfin !

Comment classer vos photos pour les retrouver, enfin ! 1070 813 Virginie

Temps de lecture : 4 minutes

Vous rentrez de vacances et vous voilà désespérés car vos nouvelles photos viennent s’ajouter aux anciennes. Et La question revient : comment trier et classer toutes ces photos ?

Si vous en avez assez du désordre qui règne dans vos fichiers photos, et que vous voulez enfin trouver une solution, cet article est fait pour vous !

Bonne lecture !

D’où vient le problème ?

Avec le numérique – appareil photo ou téléphone – on fait beaucoup – trop – de photos ! Du coup, on se retrouve rapidement, en particulier de retour de vacances, avec des centaines de photos ! Plus celles que l’on prend au quotidien, on est rapidement débordé !

Quand vous décidez de vider votre support – téléphone ou appareil photos – c’est souvent dans l’urgence (votre espace de stockage étant saturé). Vous enregistrez tous ces nouveaux fichiers dans un dossier dans votre ordinateur, « vacances » par exemple ! Les nouveaux fichiers s’ajoutent aux précédents et vous connaissez la suite ! 

Tous les fichiers sont mélangés et vous ne retrouvez plus rien !

Est-il nécessaire de classer ses photos dans des fichiers ?

Cela dépend de vos goûts et de vos besoins ! Si vous aimez le classement chronologique ou par lieux (si votre appareil est doté d’un GPS activé), alors il suffit de laisser fonctionner sur son ordinateur les applications Photos d’Apple ou Microsoft.

Que penser du système de stockage proposé par Apple ou Microsoft 

Qu’il s’agisse d’Apple ou de Microsoft, comme je vous l’ai dit, dans les 2 cas il s’agit d’applications photos qui permettent essentiellement le classement chronologique des photos. Donc on ne parle pas vraiment d’une organisation de vos photos.

De plus il existe un risque lié à la suppression des fichiers. En effet, si vous supprimez des photos sur votre Iphone celles-ci se suppriment aussi sur votre ordinateur lorsque la photothèque iCloud est activée.

Alors, comment classer vos photos ?

1. Enregistrez vos photos sur votre ordinateur

Que vous preniez des photos avec votre téléphone ou avec un appareil photo, la première chose à faire est de « rapatrier » vos photos sur votre ordinateur. N’oubliez pas de repérer elles sont enregistrées dans votre ordinateur.

 Je travaille sur Mac mais je n’utilise pas Photos pour classer mes photos. Pendant longtemps je n’utilisais même pas Photos mais la fonction « Transfert d’images » qui me permettait de les importer depuis mon téléphone directement dans un dossier. Depuis peu, j’ai changé de façon de procéder et je me sers désormais de Photos pour exporter mes fichiers photos.

2. Triez

Soyez sans pitié ! Supprimez toutes les photos en double, flous, quasi identiques, mal cadrées ou sans intérêt.

C’est une étape qui prend souvent du temps. Alors mon conseil, à l’avenir essayez de trier au fur et à mesure sur votre téléphone ou votre appareil photo ; cela vous fera gagner beaucoup de temps devant votre ordinateur !

3. Choisissiez un classement

Comme pour tout système de rangement, il s’agit d’un choix très personnel.

Réfléchissez à un classement efficace qui pourrait vous convenir. Ça veut dire quoi ? Il s’agit d’un classement qui vous permettra de retrouver rapidement et simplement vos photos. Donc le vôtre ne sera pas celui de votre voisin(e) ou de votre meilleur(e) ami(e).

Ce classement peut se faire par :

  •  année / mois / jour 
  •  thème. Exemple : famille avec des sous-thèmes pour les différents membres de la famille
  • évènements. Exemple : mariage, anniversaire, lieux visités, voyages, …

    Un autre classement peut consister à indiquer d’abord l’année puis le mois et ensuite d’attribuer un mot ou deux du thème. Par exemple : 
  • 2020-07-Vacances Bretagne 
  • 2019-01-Ski
  • 2019-12 -Noël

L’important une fois votre système de classement établi c’est de s’y tenir pour que l’ensemble soit cohérent.

Mon classement ?

Personnellement, je classe mes photos par thème puis par années et éventuellement par mois. 

J’ai notamment :

  • Un dossier Astrid (prénom de ma fille) puis des sous-dossiers par années et par mois.
  • Pour les voyages, des dossiers par destinations et par années.
  • Un dossier « famille » dans lequel j’enregistre les photos de mes proches y compris celles que je reçois par mail. Elles sont classées par membres de la famille.

3. Classement Top départ !

Ça y est ! Vous avez trouvé comment vous souhaitez organiser vos photos. Il s’agit maintenant de les classer dans les dossiers que vous aurez créés ! 

4. Au secours, je ne m’en sors pas !

Si vous n’avez jamais classé vos photos, ne mettez pas la barre trop haute car vous risquez de vous décourager. Patience !

Classer ses photos prend du temps et si vous partez de trop loin dans le temps vous allez rapidement en avoir marre ! Commencez, par exemple, par les photos prises lors de vos dernières vacances. Cela vous permettra de créer votre premier dossier.

Par la suite, vous pourrez remonter dans le temps. Petit à petit !

Soyez tolérants avec vous-même ! La perfection n’est pas de ce monde et ayez conscience que vous n’aurez pas un classement parfait du jour au lendemain. Mais petit à petit vous allez réussir à tout classer et cela sera extrêmement satisfaisant.

comment-classer-vos-photos-pour-les-retrouver-Toscane-Moontepuliciano-

5. Et la sauvegarde de vos trésors ?

Là encore le choix est vaste et dépendra de vos envies et de vos besoins. Vous pouvez choisir une sauvegarde en ligne comme, par exemple, Google photos ou Dropbox. 

Une autre solution consiste à utiliser un disque dur externe ou une grosse clef USB. Pour plus de simplicité, mieux vaut dédier ce stockage à vos photos.

Et s’il vous reste un peu de temps amusez-vous à créer des livres photos. Il y a plein de sites sur internet qui proposent ce genre de produits. Perso, j’utilise Photobox. Ça prend du temps à réaliser mais c’est toujours un immense plaisir de les feuilleter.

6. Besoin d’un classement plus professionnel ?

Si vous faites vraiment beaucoup de photos, le classement que je vous ai proposé et que j’utilise ne vous suffira peut-être pas. 

Alors, je vous propose alors de consulter l’excellent article du photographe Laurent Breillat « Comment classer ses photos ? ». Il vous explique notamment comment utiliser un logiciel spécifique de classement photo, que personnellement je n’utilise pas.

Voilà je pense que vous avez désormais plein d’outils pour avoir enfin le classement que vos photos méritent !

Et si cela vous paraît difficile, n’hésitez pas à prendre contact avec moi, je pourrai vous y aider.

Par ailleurs, l’espace « commentaires » ci-dessous est fait pour vous ! Vous pouvez y poser vos questions ou y déposer vos réactions. N’hésitez pas également à partager vos trucs de classement photos !

J’ai hâte de vous lire !

Mes 14 secrets pour une cuisine au top

Mes 14 secrets pour une cuisine au top 1070 713 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Aujourd’hui pour une cuisine au top, on ne parle pas uniquement rangement mais également environnement !

Papier aluminium, film étirable plastique, papier sulfurisé, éponges jetables, papier essuie-tout ou Sopalin, notre cuisine est remplie de produits jetables, souvent à usage unique ! Ceux-ci sont évidemment mauvais pour la planète mais également, souvent, pour notre santé.

Pourtant il existe des alternatives simples, plus saines et écologiques.  Il faut juste changer un peu ses habitudes ! Ça vous dit d’essayer ?

1. Bye-bye aluminium et film étirable !

On sait désormais que le plastique et l’aluminium sont hautement toxiques pour la santé. Il est donc important de remplacer au maximum les contenants et les « enveloppants » plastiques ou aluminium par autre chose. Pour une cuisine au top, on privilégie les produits durables.

Selon les usages, je les remplace par les Bee Wraps, les charlottes ou couvre-plats, ou encore des torchons. Pour les contenants j’utilise des contenants en verre Duralex.

Un Bee wrap c’est quoi ?

Il s’agit d’un emballage réutilisable  fabriqué à partir de tissu que l’on enduit de cire d’abeille. Cela sert à conserver les aliments (sauf la viande ou le poisson cru) de la même façon qu’on le fait avec le papier aluminium ou à recouvrir un contenant comme un plat/saladier.

L’entretien est très simple : lavage à l’eau froide, savonneuse si besoin. Ensuite on le laisse sécher et c’est reparti !

Il faut juste faire attention de ne pas le chauffer à plus de 40 ° car évidement la cire fond !

Les charlottes ou couvre-plats 

Comme les charlottes que l’on porte pour prendre sa douche, il en existe pour couvrir les différents contenants que vous utilisez en cuisine. Ils sont en tissu, enduits ou non.

Les couvercles en silicones

Moins écologiques que les charlottes en tissu, ils existent en différentes tailles, sont très pratiques et durables.

2. Adieu sacs plastiques ou autres emballages jetables

Essayez d’éviter au maximum les produits suremballés et misez le plus possible sur le vrac ; qu’il s’agisse des rayons ou magasins de vrac, des marchés ou en direct au producteur. Il est désormais possible un peu partout de se faire livrer des paniers de fruits et légumes en direct de producteurs locaux. Ceux-ci reprennent souvent les emballages et si ce n’est pas le cas, les contenants sont plutôt en carton.

Quand vous faites vos courses, prenez sacs, paniers et autres cabas afin de pouvoir refuser les sacs plastiques que l’on propose. De petits sacs en tissu vous permettront également d’éviter les sachets jetables. Vous pouvez y mettre vos fruits et légumes, mais également tous les aliments secs que vous trouvez en vrac.

De retour à la maison, il suffira de les transvaser dans des bocaux ou directement dans le frigo, pour les légumes par exemple.

On peut faire de même quand on va chez le boulanger pour acheter du pain et des croissants.

3. Fini le sopalin, vive les chiffons lavables

Nous avons tous pris l’habitude d’utiliser du Sopalin pour tout faire, même s’essuyer les mains. Or, le coût de cette usage intensif est élevé, qu’il s’agisse de votre portefeuille ou de la planète.

Alors pourquoi ne pas faire des chiffons dans de vieux draps ou des tee-shirts en fin de vie ? Quand ils sont sales vous les mettez à laver avec le reste de votre linge et le tour est joué ! Je vous assure au début cela a été un peu difficile de changer les habitudes (surtout pour mon mari et ma fille) mais nous y sommes (presque) arrivés ! Pour les bêtises du chat, je garde quand même un rouleau en réserve ! L’idée n’est donc pas de tout changer d’un coup mais de limiter au maximum sa consommation.

4. On utilise des serviettes en tissu

C’est un peu comme pour le sopalin. On a tendance à utiliser des serviettes en papier au quotidien. Et c’est tentant car elles sont de plus en plus jolies. Mais en fin d’année, la quantité de papier est considérable. Alors essayer de troquer vos serviettes en papier contre du tissu ! C’est tellement plus agréable !

5. Vive les brosses en bois

La prochaine fois que vous devrez remplacer votre brosse à vaisselle, pensez à en prendre une en bois. Certaines ont même une tête que l’on peut remplacer, sans jeter toute la brosse !  

En plus d’être écologiques, elles sont jolies ! Vous ne trouvez pas ?

6. On adopte une gourde

Que ce soit à la maison ou en ballade, vous pouvez remplacer les bouteilles en plastiques par une gourde ou une carafe en verre. Et si vous n’aimez pas le goût de l’eau du robinet, insérez dans votre carafe un filtre à charbon. C’est super efficace !

De même, pour les compotes de vos enfants, il est possible d’éviter les gourdes de compotes jetables. Il suffit d’investir dans une gourde réutilisable de type « Squiz ». Personnellement j’utilise une gourde en silicone de la marque Béaba car elle est très facile à nettoyer et ultra résistante.

7. On vire Georges de sa cuisine !

C’est vrai qu’il est charmant Georges Clooney ! Mais aussi pratiques soient-elles, les capsules de café sont tous sauf écologiques ! Alors le jour où il faudra remplacer votre cafetière à capsules, regardez du côté des « vraies » machines à expresso. Elles sont devenues plus abordables et pratiques. Et surtout le café en vrac est beaucoup moins cher que les capsules et moins polluant !

8. On utilise une chaussette 

Pour les thés, il est possible d’utiliser des chaussettes à la place des filtres jetables. Non pas les vôtres ! Mais des chaussettes à thé faites exprès pour cet usage. On appelle ça aussi des filtres à thé textile.

Pour le café, il existe des filtres réutilisables.

Une sacrée économie sur le long terme !

9. On troque les pailles en plastique contre des pailles réutilisables

Comme les enfants ont du mal à s’en passer, on investit dans des pailles durables !

Ce n’est pas le choix qui manque : inox, bambou, verre, … à chacun sa préférence. Chez nous, c’est l’inox qui a été choisi, simple d’entretien et inusable.

10. On congèle sans sac plastique ou barquette aluminium

Depuis longtemps je congèle mon pain en utilisant des torchons. Mais il y a quelques temps j’ai découvert qu’il existait des sacs de congélations en tissu réutilisables. J’en ai acheté un pour essayer et je suis ravie. Seul petit bémol, le prix. Il faut compter 6.5 euros pour un sac d’un litre (15 x 15 cm) ; mais ils ont le mérite de durer très longtemps ! À s’offrir de temps en temps !

Pour les autres aliments, j’utilise des contenants en verre de type Duralex. Ils sont super pratiques car ils vont aussi bien au congélateur qu’au four !

11. On réduit ses produits ménagers à l’essentiel

Contrairement à ce que les médias veulent nous faire croire, il n’est pas nécessaire de multiplier les produits d’entretien pour avoir une maison propre. Quelques produits de base de qualité sont largement suffisants.

On fait beaucoup de choses avec du savon noir, du bicarbonate de soude et du vinaigre blanc. Vous trouverez pleins de tutoriels sur internet en fonction de vos besoins.

Pas de temps pour fabriquer vos produits ou pas l’envie ? Vous pouvez désormais acheter tous les produis d’entretien en vrac. Il suffit de venir avec vos bidons. Simple, non ?

Personnellement, je fabrique mes produits d’entretien à l’exception de la lessive et du produit vaisselle. Pour ces 2 produits, je n’ai jamais été satisfaite par mes produits maison. Du coup je les achète en vrac et ils sont de très bonne qualité. 

À titre d’exemple, pour nettoyer ma plaque en vitro-céramique, je mets à parts égales de l’eau et du vinaigre blanc dans un vaporisateur ; je vaporise, un coup de chiffon et le tour est joué. Aussi efficace et moins onéreux qu’un produit spécifique.

12. Et pour les éponges on fait quoi ?

Il existe désormais de nombreuses alternatives aux éponges synthétiques. Et c’est plutôt une bonne nouvelle, car en Europe il s’en consomme plusieurs dizaines de millions par an ! Ça fait frémir !

Elles peuvent être naturelles que l’on trouve dans la mer ou végétales, à base de cellulose de bois, de chanvre (celles que j’utilise : trouvées au supermarché !) ou de coton. Mais également en matériaux recyclés (tissus) pour les fameux Tawashi  (faciles à faire soi-même. On trouve des tutos sur internet).

Bref, en cherchant un peu vous trouverez pleins d’idées pour éviter l’utilisation des éponges synthétiques.

13. On oublie la vaisselle jetable

On utilise souvent de la vaisselle jetable, souvent en plastique, quand on reçoit beaucoup de monde ou pour les goûters d’anniversaire car c’est pratique !

Mais là aussi des alternatives existent. Déjà le carton, mais également les feuilles de palmier (testé pour un anniversaire de ma fille, les enfants avaient adoré !). Un peu plus cher mais vraiment durable : l’inox.

14. Composter c’est facile !

Il faudrait un article entier pour vous parler du compostage.

Si vous avez un jardin, sachez que c’est hyper simple ! Il existe des bacs à compost, plus ou moins grands dans tous les magasins de bricolage et l’on trouve pleins de tutoriels sur Youtube.

En appartement, c’est un peu plus délicat mais il semble que beaucoup y arrivent aussi.

Cela fait maintenant 10 ans que je composte car j’ai la chance de vivre en maison. Pour moi, le bénéfice principal est de sortir ma poubelle beaucoup moins souvent.

Un ultime conseil : ne vous prenez pas trop la tête et ne fixez pas la barre trop haute ! Essayez une chose, changez une habitude puis passez à une autre. C’est la meilleure manière d’y arriver.

Voilà, désormais, vous connaissez mes secrets pour avoir une cuisine au top.

Si vous avez besoin de conseils pour ranger votre intérieur, je vous invite à lire mon article « Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ? » ou à me contacter directement.

Et surtout, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous ; c’est toujours un grand plaisir de vous lire.

5 astuces simples pour désencombrer

5 astuces simples pour désencombrer

5 astuces simples pour désencombrer 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 2 minutes

Je vous propose ici 5 astuces simples pour désencombrer.

Francine Jay, la minimaliste et pionnière américaine du coaching en désencombrement, les cite dans son livre « The joy of less » et j’ai eu envie de les partager (ou re-partager) avec vous.

Astuce n°1 : Quand un rentre, un autre sort !

Dans votre dressing, quand un article rentre, un autre doit sortir ! Simple, non ?

Pour plus de conseils pour votre dressing, n’hésitez pas  à lire : « Dressing : mes 10 astuces pour un rangement au top ».

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top
Un dressing au top

Astuce n°2 : Installer une « out box »

Une quoi ? Il s’agit d’une boite ou d’un panier. Vous y mettez tout ce que vous ne souhaitez pas conserver chez vous. Disposez-le dans un endroit facilement accessible où chacun pourra y déposer ce qu’il n’utilise plus.

Dans cet ordre d’idée, j’ai dans le coffre de ma voiture un sac dans lequel je mets les vêtements à donner. Je le remplis au fur et à mesure. Quand il est plein je vais le déposer dans le container prévu à cet effet.
L’avantage, c’est que ca ne traine pas dans l’entrée. En outre, dans le coffre on est moins tenté d’aller récupérer ce qui s’y trouve ! Non ?

« out box »

Astuce n°3 : Emprunter au lieu d’acheter ! 

Outils, livres ou vêtements, … si vous le pouvez, empruntez les objets ; ce peut-être à des amis, des voisins ou encore des entreprises spécialisées ! Cela évite la surconsommation.

En ce qui concerne les vêtements je vous invite à lire mon article « La box vêtements : un vrai bon plan ? »

La box vêtements : un vrai bon plan ?
Emprunter ou louer des vêtements au lieu de les acheter

Astuce n°4 : Dégagez une surface.

Cette astuce pour désencombrer consiste à dégager une surface.

Il peut s’agir d’un plan de travail dans la cuisine, du dessus d’un meuble ou d’une table, … bref d’une surface sur laquelle s’entasse le désordre.

L’idée est de débarrasser cette surface de ce qui s’y trouve afin qu’elle soit de nouveau visible. Bref, vous saisissez l’idée ?

Astuce n°5 : Faites votre lit chaque jour !

Je vous en avais déjà parlé dans un article « Ma check-list quotidienne pour un intérieur harmonieux ». Mais croyez-moi, votre chambre aura l’air tout de suite mieux rangée quand votre lit sera fait !

faire son lit-ranger
Faire son lit quotidiennement

Voilà pour ces 5 astuces simples pour désencombrer. J’espère qu’elles vous aideront à y voir plus clair dans votre intérieur.
Dites-moi ce que vous en pensez en commentaire ! 

ranger-livres-couleurs-

Ranger ses livres : un vrai défi !

Ranger ses livres : un vrai défi ! 1169 697 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Vous avez des piles de livres chez vous qui attendent d’être lus ? Et pourtant vous continuez à acheter d’autres livres quand vous en avez l’occasion ? Et vous vous demandez souvent comment ranger tous ces livres ? 

Le livre peut parfois être une véritable source d’encombrement qui peut même aller au-delà de la bibliothèque ; la maison étant pleine de piles de livres disposées ça et là. 

En faisant quelques recherches, je suis tombée sur plusieurs articles très intéressants qui m’ont donné envie d’en savoir plus.

Ce que j’ai découvert va vous étonner, j’en suis sûre.

Piles de livres-lecteur-ranger-livres

Le goût des livres à l’extrême ou l’impossibilité de ranger ses livres

Comme le souligne un article bien documenté sur le sujet intitulé  « Êtes-vous atteint de Tsundoku ou de bibliomanie ? » (sur le site Dicopathe.com) : « le goût des livres et l’envie de les collectionner peuvent conduire à une forme extrême d’addiction, assimilée à une véritable pathologie » avec bien évidemment des conséquences négatives pour la personne mais également pour l’entourage.

Penchons-nous tout d’abord sur le Ttsundoku. Il s’agit d’un terme japonais utilisé pour décrire une personne qui possède beaucoup de littérature non lue.

Tsundoku

Le professeur Andrew Gerstle de l’Université de Londres a expliqué à la BBC que le terme était assez ancien. Il a été trouvé dans des écrits dès 1879, ce qui signifie qu’il était probablement utilisé avant.

Le mot « doku » peut être utilisé comme verbe pour signifier « lecture » et le « tsun » dans « tsundoku » proviendrait de « tsumu » – un mot signifiant « s’entasser« .

Ainsi, une fois assemblé, « tsundoku » a le sens d’acheter du matériel de lecture et de l’empiler.

En pratique, le tsundoku présenterait 3 caractéristiques principales :

  1. une addiction à l’acquisition et à la possession de livres, qu’il s’agisse d’achats programmés ou impulsifs ;
  2. la construction de piles, érigées selon la personnalité de chacun dans un style artistique, ordonné ou anarchique ;
  3. le fait que la lecture de ces livres, parfois juste entamée, est systématiquement remise à plus tard.
Tsundoku-ranger-livres

Mais à côté du Ttsundoku est également évoqué le terme de Bibliomanie. Et si les deux termes ont pour conséquence d’accumuler les livres, le « pourquoi » de l’accumulation est un peu différent.

Bibliomanie

Cette notion d’accumulation (sans utilisation du terme de « bibliomane ») apparaît relativement tôt dans l’ouvrage de Jean de La Bruyère Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688) qui inclut au « De la mode » la brève description d’un collectionneur compulsif de beaux livres « dorés sur tranche » « qui ne lit jamais ».

Un des premiers utilisateurs du terme bibliomania, en latin, fut le recteur de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas qui en 1739 l’utilisa pour qualifier non pas une pathologie, mais l’amour des livres et du savoir. 

Même en Russie !

Dans un article publié sur le site Slate.fr et intitulé « La bibliomanie, ou quand l’accumulation de livres devient un problème« , le journaliste Robin Panfili évoque un cas célèbre, celui d’Aloïs Pichler qui, en 1869, fut engagé comme bibliothécaire à la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg en Russie. Deux ans plus tard, on découvrit que les 4.500 ouvrages qui manquaient dans les rayonnages de la bibliothèque se trouvaient chez lui !

L’article relate également l’histoire de Richard Heber qui, à partir de 1804, collectionna un total de 146.000 livres rares, répartis dans huit maisons avec naturellement de graves conséquences financières.

Cette bibliomanie fut considérée comme une maladie pseudo-psychologique sombre qui a sévi parmi les classes supérieures en Europe au cours des années 1800. Les symptômes comprenaient une frénésie pour la chasse aux premières éditions, aux exemplaires rares, aux livres de certaines tailles ou imprimés sur du papier spécifique.

Certains collectionneurs ont dépensé toute leur fortune pour construire leurs bibliothèques personnelles. Bien qu’elle n’ait jamais été classée médicalement, les gens des années 1800 craignaient vraiment la bibliomanie (Bibliomania, the Dark Desire For Books That Infected Europe in the 1800s – Atlas Obscura).

Une épidémie au 19 ème siècle

Des ouvrages de l’époque lui furent également consacré comme Bibliomania qui est le titre d’un roman du XIXe siècle de Thomas Frognall Dibdin qui prétendait explorer la «folie du livre» c’est à dire l’acte de ne pas pouvoir arrêter de collectionner de la littérature.

Selon sa définition, les personnes atteintes de bibliomanie étaient obsédées par des livres uniques tels que les premières éditions et les exemplaires illustrés.

Réelle ou non, la bibliomanie serait un trouble obsessionnel compulsif, qui se manifeste par la collection, l’acquisition et/ou l’accumulation de livres en tous genres et dans de telles proportions que la santé ou les relations sociales de la personne souffrant de ce trouble psychologique peuvent s’en trouver endommagées.

Bien que bibliomanie et Tsundoku avaient des significations similaires, il existe bien une différence clé : la bibliomanie décrit l’intention de créer une collection de livres alors que le Tsundoku décrit plutôt l’intention de lire des livres et leur éventuelle collection accidentelle.

Bibliothèque-désordre-ranger-livres

Mais sans tomber dans ces deux extrêmes, l’amour des livres et de la lecture nous conduit souvent à les accumuler et il est parfois nécessaire de ranger ses livres.

Mais je fais comment pour ranger mes livres efficacement ?

Comme pour tous mes conseils de rangement, avant de ranger ses livres il est nécessaire de désencombrer. Je sais que cela est souvent difficile, en particulier pour les livres car nous y sommes souvent attaché(e)s.

Pour Marie Kondo, les livres font partie des objets que les gens ont du mal à jeter. Nombre de personnes avouent, qu’elles soient avides de lecture ou non, ne pas arriver à s’en séparer, mais le problème réside en fait dans la manière de procéder.”

Elle reprend donc pour les livres, la même technique qu’elle utilise pour désencombrer le reste de la maison. Cette technique consiste à réunir l’ensemble des livres de la maison au sol au lieu d’effectuer le tri directement dans la bibliothèque.

Cette méthode est très efficace pour visualiser la quantité de livres possédés mais si vous êtes seul(e) à ranger ce peut-être un peu décourageant.

Vous pouvez donc choisir de réunir une partie de vos livres sur une table pour commencer à les trier. Si cela est possible réunissez les livres d’une même catégorie, cela facilitera le rangement.

Comment décider si je garde tel ou tel livre

Vous pouvez vous séparer des livres :

  • que vous ne relirez plus
  • qui sont périmés (comme les guides touristiques, les guides de bonnes adresses, …)
  • que vous n’aimez pas (par exemple : certains livres de cuisine dont les recettes s’avèrent nulles !)
  • qui vous ne procurent pas de plaisir
  • qui sont manifestement trop encombrement (par rapport à la place disponible)

Ces livres qui ne retourneront pas dans votre bibliothèque peuvent être vendus ou donnés (à des amis ou des associations). Si vous n’en avez pas trop à donner, pensez à les mettre dans les boîtes à livres, ça fera des heureux. Et si vous avez du mal à vous en séparer, imaginez que ces livres auront une deuxième vie ailleurs ; j’aime beaucoup cette idée du voyage des livres !

Rangez vos livres

Pour ranger vos livres, plusieurs techniques s’offrent  à vous :

  • Rangement par taille : les livres de poche d’un côté, les grands formats d’un autre. Esthétique mais peu fonctionnel
  • Le classement par auteur en mélangeant les tailles – poches et grands formats. Pratique quand on cherche un livre mais pas très esthétique.
  • Ranger les livres de sa bibliothèque par couleur. Très esthétique mais peu pratique !
  • Par genre. On classe les livres par thème comme dans une bibliothèque publique : voyages, BD, policiers, sport, art, etc…
livres-cuisine-ranger

Ma méthode

À la maison, je fais un « mix » de ces méthodes : 

  • Je classe par « thème » les beaux livres – grands formats et moyens formats. J’ai par exemple une étagère « Océan Indien » : en plus de 8 ans de vie dans la région on accumule pas mal d’ouvrages !
  • J’ai réuni les livres de poches
  • Les BD vivent ensemble
  • Les albums photos ont leur étage
  • Les livres de ma fille sont dans sa bibliothèque.
Une petite partie de ma bibliothèque

S’agissant des livres de cuisine, ils sont désormais assez peu nombreux car je me suis rendue compte qu’il est beaucoup plus simple et rapide de rechercher une recette sur le net que dans un livre ; d’autant que l’on peut ajuster la recherche aux ingrédients que l’on a en stock. Si vous avez assez de place, vous pouvez les ranger dans votre cuisine ; chez moi ce n’est pas le cas.

À l’avenir je fais comment ?

Comme dans toute opération de rangement, le risque, une fois le désencombrement effectué est que le flux entrant demeure supérieur au flux sortant ; c’est-à-dire que vous continuez à acheter pleins de livres et vous n’en faites pas sortir de votre bibliothèque ! 

Je vous partage mon expérience qui peut être une solution pour gérer le flux.

J’adore les livres, ou plutôt nous adorons les livres. C’est de famille et nous avons transmis cela à notre fille. Lors de notre précédente expatriation nous avons même dû prendre un garde-meuble pour y stocker tous nos livres ; impossibles à déménager tellement le volume était important !

Vive la liseuse

Mais les murs n’étant pas extensibles, j’ai personnellement adopté, il y a quelques années, le livre numérique et ma liseuse Kindle ne me quitte plus. C’est moins chaleureux que le papier mais bien pratique :

  • on peut commencer à lire un livre immédiatement. A l’époque, étant expatriée loin de la France, cela me permettait de lire les livres que je souhaitais sans attendre l’ouverture de la librairie et surtout les 3 semaines de commande, si l’ouvrage n’était pas disponible en magasin. Un luxe donc !
  • on peut lire sans gêner la personne qui dort à vos côtés,  
  • il n’y a plus de problème de stockage, 
  • on peut emporter pleins de livres en vacances sans surpoids de bagage !

Ma fille était aussi une grosse lectrice, elle lit également sur liseuse depuis quelques mois. Pas tous, évidemment, nous achetons encore pas mal de livres papier pour elle, mais moins.

Désormais nous achetons essentiellement des « beaux livres » (donc plus rarement) et des guides de voyage !

Par ailleurs, je revends et/ou je donne régulièrement les livres que ma fille ne lit plus (et ne lira plus); j’avoue j’en garde quand même quelques uns en souvenir ! J’ai aussi beaucoup donné de livres de poches dans le passé. Avec le numérique la question ne se pose plus.

Voilà, désormais ranger les livres n’aura plus de secret pour vous ! Et si vous souhaitez en savoir un peu plus loin sur le rangement, je vous invite à lire « Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ?« . Mais vous pouvez également me laisser un commentaire pour me parler de votre rapport aux livres, cela m’intéresse beaucoup !

Mon conseil rangement ultime

Mon conseil Rangement ultime !

Mon conseil Rangement ultime ! 560 420 Virginie

Temps de lecture : 4 minutes

Ranger, ranger, ranger ! Ok me direz-vous mais il y a tellement de méthodes et de conseils que vous ne savez plus trop comment faire ! C’est pourquoi je vous propose mon conseil Rangement ultime !

Mais avant de commencer le rangement, il faut désencombrer !

1. Désencombrer : mais je fais comment ?

Si vous lisez régulièrement mes articles vous savez désormais que la base c’est le désencombrement !

Pour désencombrer simplement, je vous invite à lire ou relire mon article, « Désencombrer facilement : mes 5 astuces ». En résumé :

# Commencez «facile» !

Pour désencombrer facilement et rapidement, commencez par vous débarrasser des objets auxquels vous êtes peu attaché(e), mais également tout ce qui est cassé, trop usé, jamais porté, …

Découvrez ici «Les 30 objets dont vous pouvez vous débarrasser tout de suite sans réfléchir».

# N’ayez pas peur de manquer

Quand on désencombre son intérieur on a souvent peur de se séparer de certains objets car on pense en avoir besoin dans le futur.

En pratique, si vous êtes dans cette situation demandez-vous si vous utilisez régulièrement cet objet. En fonction de la réponse, décidez ou non de garder l’objet en question.

# Chaque jour est une occasion spéciale !

Ne gardez pas vos affaires préférées uniquement pour des occasions spéciales, qu’il s’agisse de vêtements, de vaisselle ou d’autres choses. La vie est trop courte pour attendre d’avoir le plaisir d’utiliser ces objets ! Utilisez-les régulièrement !

# Ne laissez pas les objets avoir de l’emprise sur vous

Est-ce nécessaire de conserver tel ou tel objet car il vous rappelle un bon moment ou car c’est un proche qui vous l’a offert ?

Selon moi, ces objets ne sont pas vos souvenirs ! Ce sont les expériences que vous avez vécues qui font qui vous êtes aujourd’hui.

Comme je l’ai déjà dit dans l’article «Une home organiser pour quoi faire» :  ne confondez pas l’objet et la personne ! Ce n’est pas la personne que vous jetez en vous débarrassant d’un objet que vous n’aimez pas !

# Simplifiez !

En simplifiant votre environnement, vous simplifiez votre vie. Vous pouvez y voir plus clair, être moins stressé(e) et plus à même de prendre les bonnes décisions. Il n’est pas utile de posséder beaucoup pour être heureux(se).

Achetez moins mais mieux ou n’achetez pas si vous n’en avez pas besoin !

# Terminez le travail !

Le désencombrement ne s’arrête pas à la porte de votre maison. Allez donner, recyclez, jetez ou vendez rapidement ce qui doit l’être … sans tarder !

Conseil rangement - home organiser

2. Rangez grâce à mon conseil Rangement ultime

Mon conseil Rangement ultime est un conseil tout simple mais super efface : rangez par catégorie. Mais ça veut dire quoi exactement ?

Ça veut tout simplement dire d’essayer au maximum de mettre les objets d’une même catégorie ensemble.

Une catégorie ?

D’une manière générale, il s’agit d’objets qui présentent les mêmes caractéristiques. Bref, les objets de même nature. Cela dépend de la pièce dans laquelle vous vous trouvez !

L’idée est de les réunir dans la pièce dans laquelle vous vous en servez le plus, en tenant compte évidemment de la place dont vous disposez pour les y ranger.

Commençons par :

 # La cuisine

Dans la cuisine c’est assez simple, car naturellement nous avons tendance à mettre les couverts avec les couverts, les assiettes avec les assiettes, et les aliments avec les aliments.

Vous pouvez également y réunir les torchons et serviettes (éventuellement les nappes si vous avez de la place – en haut des placards si elles servent peu souvent).

Prévoyez aussi un contenant pour les produits ménagers à mettre sous l’évier. C’est toujours plus pratique que de les avoir en vrac.

# La chambre

Le rangement dans la chambre concerne souvent le dressing qui est une source majeure de désordre. Pensez à mettre ensemble les vêtements et regroupez-les par sous-catégories :

  • Hauts (chemisiers, pulls, etc.)
  • Bas (pantalons, jupes, etc.)
  • Vêtements de sport
  • Sous-vêtements      
  • Chaussettes, bas, collants
  • Accessoires (ceintures, foulards, bijoux, …)
  • Chaussures (personnellement je les laisse dans les boîtes, je trouve ça plus pratique à ranger).

Le linge de lit peut également être réuni dans le placard de la chambre en essayant de regrouper les draps par ensemble de lit (plus pratique quand on doit refaire son lit).

# La salle de bain

  • Prévoyez une boite ou une étagère pour les médicaments.
  • Réunissez dans un même endroit tout votre maquillage et à un autre, vos produits de soin.
  • Stockez-y le linge de toilette. 

Si ce n’est déjà fait à l’étape précédente, profitez-en pour trier ! Et, en cas de besoin, reportez-vous à mon article «Les 30 objets dont vous pouvez vous débarrasser tout de suite sans réfléchir», il y a plusieurs rubriques en lien avec la salle de bain.

# La chambre des enfants

Dans cet endroit on doit retrouver 3 catégories essentielles : les jouets, les livres d’enfants et les vêtements.

# Le salon

  • Si la bibliothèque s’y trouve, regroupez les livres (par type : romans, bandes dessinées, livres de cuisine, …. ).
  • Prévoyez une boîte ou un panier pour les tables et chargeurs, de même pour les CD / DVD
  • Si votre salon sert aussi de bureau, pensez à réunir les papiers administratifs. Rangez-les dans des pochettes, une par nature de document (bulletins de salaires, garanties, modes d’emploi, assurances,  impôts, papiers d’identité, passeport, livret de famille, abonnements téléphoniques, eau, électricité, etc…). Plus c’est détaillé, plus le classement du courrier sera facilité le moment venu.

Choisissez un endroit pour chaque chose

Il est important de désigner un endroit précis où ranger chaque objet. Cet endroit doit être choisi en :

  • Mettant tous les objets d’un même type au même endroit.
  • Évitant d’éparpiller les espaces de rangement.
  • En fonction de la fréquence d’utilisation.

Et après ?

  • Remettez chaque chose à sa place (maintenant qu’elle en a une !) après l’avoir utilisée
  • Soyez vigilant aux zones où le désordre est susceptible de revenir
  • Faites le tour de votre intérieur en mode « mini rangement » (ramassez ou faites ramasser les quelques objets qui traînent)
  • Le matin, rangez ce qui traîne sur votre table de nuit
  • Soignez vos vêtements en les rangeant correctement ou en les mettant au sale
  • Mettez la famille à contribution
  • Et enfin, n’oubliez pas que si un objet rentre, un autre doit sortir ! Sinon, gare au retour du bazar ! 

Voilà, vous connaissez désormais mon conseil Rangement ultime ! À vous de jouer ! Si vous avez envie d’en savoir un peu plus je vous invite à lire «Mes 7 conseils pour éviter le retour du désordre». Et surtout n’hésitez pas à me laisser un commentaire ! J’adore vous lire !

Mes 7 conseils pour faire sa valise sans stresser !

Mes 7 conseils pour faire sa valise sans stresser !

Mes 7 conseils pour faire sa valise sans stresser ! 2560 1703 Virginie

Temps de lecture : 7 minutes

Des conseils pour faire sa valise ? Et oui, car pour certains les vacances approchent et son éternelle corvée qui consiste à faire sa valise. Vous vous réjouissez de partir et pourtant cette perspective de faire vos valises mitige votre joie. 

Alors si vous avez la chance de partir dans les mois qui viennent je vous invite à lire mes conseils pour être plus serein quand ce sera le moment de vous y mettre. 

1. Pour faire sa valise, il faut bien la choisir 

Je dis sa valise car plus on voyage léger plus c’est simple à gérer. Mais j’avoue que c’est parfois un peu compliqué, surtout dans certains pays ou à certaines saisons où il faut prendre un peu de tout pour être sûr de ne manquer de rien.

Les critères à considérer pour opérer ce choix sont : 

  • la durée du séjour
  • la destination
  • le type de vol (intérieur ou long courrier)
  • la compagnie choisie (régulière ou low coast) 
  • le poids des bagages autorisé
  • le type d’hébergement (une valise énorme à caser dans une chambre minuscule n’est pas très agréable). 

Pensez à vérifier au moment de la réservation qu’un bagage est inclus. Il est de plus en plus fréquent que le bagage ne soit pas inclus et cela même sur les compagnies régulières. Mais revenons sur la durée du séjour.

Durée du séjour

La durée du séjour reste l’élément clef dans le choix du bagage. Pour résumer, vous pouvez prendre :

  • Pour un week-end jusqu’à 6/7 jours : un bagage cabine
  • Au delà d’une semaine : une valise ou un sac à roulettes
  • Pour un road-trip : un sac à dos 

Ne prévoyez quand même pas trop juste. Il est un peu stressant de se demander si on pourra refermer sa valise au moment de rentrer et les vêtements prennent plus de place sales que propres.

Si vous avez la possibilité vous pouvez prendre un sac supplémentaire de type sac de voyage pliable. Par exemple si vous partez à deux avec une valise, à l’aller vous mettez le sac pliable au fond de votre valise et durant le voyage il pourra servir de sac à linge, ou pour y mettre les souvenirs. 

2. Une valise cabine : pourquoi pas ?

Une valise cabine c’est bien pratique car, à l’arrivée, on ne perd pas de temps à attendre son bagage sur le tapis de l’aéroport. Mais l’inconvénient est le manque évident de place. En outre, de plus en plus de compagnies vous invitent (plus ou moins gentiment) à enregistrer votre bagage cabine. 

Alors, cela peut fonctionner si :

  • vous partez au soleil et n’emportez que le strict minimum (maillot, short, tong, paréo et lunettes de soleil)
  • votre séjour n’excède pas une semaine. Au delà ça devient compliqué !
  • vous êtes capable de n’emporter que le strict minimum !

Pensez à vérifier que votre bagage respecte les dimensions des bagages autorisés en cabine. Soyez vigilant car ces dimensions peuvent varier selon les compagnies et il est toujours contrariant de devoir payer pour mettre en soute son bagage cabine.

Bagage pour le temps du voyage

S’il s’agit d’un simple « bagage cabine » destiné uniquement au trajet (avion ou train) mais pas au séjour en intégralité. Dans ce cas, n’oublions pas d’y mettre : 

  • de quoi se couvrir
  • un masque pour dormir
  • des bouchons d’oreilles
  • une petite trousse de toilette pour les longs courriers contenant un peu de crème hydratante (cela vous évitera de ressembler à une vielle pomme ridée au réveil !), une brosse à dents, du gel désinfectant.
  • un stylo pour remplir les formalités
  • un câble pour recharger votre téléphone

À éviter

Pensez également à vérifier la liste de produis interdits ! Dans tous les cas, on évite : 

  • les liquides
  • tout ce qui coupe (si votre enfant emporte une trousse, contrôler le contenu ; il y a souvent des ciseaux à l’intérieur !)

Pour les liquides, il est facile soit de transvaser ce que vous avez chez vous, dans de petits flacons (format voyage que l’on trouve en parapharmacie ou magasin de beauté). Une autre idée : ce peut-être l’occasion d’entamer simplement une démarche Zéro déchet en achetant des produits solides (savon, shampoing). Ils cumulent les avantages ; ils sont moins lourds, moins encombrants et ils ne coulent pas .

Un dernier conseil tiré de mon expérience : mettez sur le dessus, dans une pochette, ce qui est fragile ou a de la valeur. Si la compagnie vous impose d’enregistrer votre bagage cabine, vous serez heureux de pouvoir récupérer vos biens de valeur plutôt que de les voir partir en soute. Et le passage aux contrôles sera simplifié si tout ce qui doit passer aux rayons X est facilement accessible.

3. Mon meilleur conseil pour faire facilement sa valise : faites des listes

La liste est vraiment l’outil indispensable d’un voyage bien organisé. Vous pouvez préparer vos listes longtemps à l’avance et y ajouter au fur et à mesure ce à quoi vous pensez. 

Ce qui est aussi pratique avec les listes, c’est qu’elles sont réutilisables d’une fois à l’autre ; c’est un gain de temps si vous voyagez souvent ou même plus rarement.

Quand vous faites votre liste, pensez à vérifier que votre hébergement dispose des appareils dont vous avez besoin (exemple : sèche-cheveux)

Pour faire votre liste vous pouvez soit utiliser du papier, soit utiliser votre téléphone. Une application de type « note » est pratique car vous pouvez la compléter au fur et à mesure. Au moment de remplir votre valise, vous pouvez soit tout cocher sur le téléphone que vous prenez, soit vous envoyez la liste pour l’imprimer et barrer ce qui est mis dans la valise. Cette dernière option a ma préférence, même si d’une manière générale j’évite les impressions inutiles.

En outre, quand je vivais loin de l’Europe et que je devais faire plus de 12 heures de vol pour retrouver la France souvent seule avec ma fille (mon mari n’étant pas toujours avec nous à ce moment), je faisais 4 listes. Pourquoi 4 ? Une chacune pour le contenu de la valise et une chacune pour le bagage cabine.

Comme on parle de listes, je pensais vous proposer une liste mais en fait, il en faudrait tellement que finalement cela semble une fausse bonne idée. 

4. Réunir ses affaires

Bon, je ne le répéterai jamais assez, soyez organisés ! N’hésitez pas à commencer à réunir vos affaires bien à l’avance. Cela permet de visualiser le volume et d’ajuster ! C’est moins stressant de le faire à ce stade que devant la valise ouverte au dernier moment, la veille du départ ou pire le jour même ! 

5. Plier et Ranger ses affaires dans sa valise

C’est l’instant où les choses se compliquent. La confrontation entre les affaires que vous souhaitez emporter et le volume de la valise. Tout le monde déteste ce moment et on a tendance à le remettre à la dernière minute, ce qui n’est pas une bonne idée, mais ça vous le savez déjà ! 

Alors pour vous aider à plier et ranger vos affaires, je vous propose quelques méthodes ou techniques qui vous permettront de choisir ou de créer la vôtre.

La méthode Konmari

Il suffit de plier son linge selon la méthode Konmari puis de le ranger à la verticale dans sa valise. En plus de gagner de la place, on retrouve ses vêtements beaucoup plus facilement. Son inconvénient majeur, outre la nécessaire maîtrise du pliage Konmari, est que ce pliage ne convient qu’aux valises ; à proscrire donc, si vous voyagez avec un sac souple.

La technique des rouleaux pour des voyageurs pressés 

C’est assez simple ; il suffit de rouler ses vêtements puis de les disposer dans sa valise, de façon à gagner un maximum de place.

Cette technique permet de ranger très rapidement ses affaires, tout en gagnant de la place mais également des plis !

Le bundle wrap

Là aussi, c’est facile. Mettez à plat tous vos vêtements dépliés les uns sur les autres, posez au centre votre trousse de toilette, puis repliez les vêtements autour.

  • Le + : le gain de place et la simplicité.
  • Le – : vous l’aurez deviné ! Il faut tout déplier pour prendre un vêtement en particulier !

Le Ranger packing

Il s’agirait de la méthode utilisée par les militaires américains pour faire leur sac ! Mais je n’ai pas été vérifier. C’est un peu comme la méthode du rouleau amélioré. Comme ce n’est pas évident à décrire je vous propose la vidéo ci-dessous. C’est assez simple, les vêtements ainsi roulés sont faciles à ranger mais cela prend un peu plus de temps que la méthode des rouleaux.

La méthode classique 

On prend les vêtements dans le placard. On les laisse tels quel s’ils sont déjà pliés et on les plie s’ils ne le sont pas. 

Personnellement, c’est la méthode que j’utilise car je trouve que je perds moins de temps à plier les vêtements qu’avec les autres méthodes ; la moitié de mes vêtements étant déjà pliés dans mon armoire.

Vous pouvez ensuite mettre les vêtements par catégories – hauts, bas, sous-vêtements – dans des housses.

Ensuite il suffit de disposer ces housses dans votre valise, en commençant par les plus lourdes ; cela limite le froissage.

Puis, vous comblez les trous avec les chaussures (elles aussi dans des housses, une chaussure par sac car c’est plus facile à caser), et les trousses diverses. Je dis « trousses » car outre la trousse de toilette, j’ai en général une trousse contenant les câbles et batteries (plus simples à retrouver que s’ils traînent au fond de ma valise).

Voilà pour les principales techniques mais vous pouvez également utiliser des housses sous vide.

Les housses sous vide

On y glisse les vêtements, on ferme le sac puis on retire l’air en aspirant. Les vêtements sont ainsi comprimés et ils prennent moins de place, en particulier s’ils sont encombrants comme par exemple les doudounes. Les limites de ce système sont les plis qui se forment à la compression et la nécessité de disposer d’un aspirateur pour refaire sa valise.

Encore un petit conseil : ne remplissez pas trop votre valise, d’une part car vous avez plus chance que vos affaires soient froissées à l’arrivée, d’autre part quand les vêtements seront sales, il sera beaucoup plus difficile de la fermer.

Pour conclure, sur le choix de la méthode, la meilleure méthode est celle qui vous convient et qui vous fait gagner du temps. À vous de tester !

6. Pour vous faciliter la vie à l’aéroport

Outre les conseils pour faire votre valise, je vous recommande d’éviter de voyager avec, sur vous :

  • des objets métalliques comme une ceinture 
  • des bottes 

C’est toujours ça de moins à enlever aux contrôles.

Réunissez au même endroit tous les objets que vous devrez passer aux rayons X ; cela évite de fouiller dans son bagage au moment des contrôles. 

7. À ne pas oublier 

Ayez sur vous :

  • billets
  • passeport
  • permis de conduire si vous devez louer un véhicule à l’arrivée
  • cartes bancaires et argent liquide
  • stylo
  • clefs (quand vous rentrez de voyage vos valises arrivent parfois après vous !)

Et ne vous en séparez pas !

Vous pouvez également faire des photocopies de vos documents importants. Ainsi, vous pourrez les utiliser sur place en conservant vos originaux en lieu sûr (dans un coffre fort des hôtels par exemple).

Enfin, mon meilleur ami en voyage : le pèse-bagage ! Il permet de vérifier que vos bagages n’excèdent pas le poids maximum autorisé. Mais attention, : ne lui faites pas une confiance aveugle et pensez de temps en temps à vérifier sa précision en pesant un objet dont vous connaissez le poids. Ca évite les mauvaises surprises à l’aéroport. 

Voilà vous savez tout ! Si vous avez la chance de partir bientôt en vacances, je vous souhaite « bon voyage » et je suis sûre que, grâce à mes conseils, faire votre valise ne sera plus un problème.

Et pour en lire un peu plus sur l’organisation en vacances, vous pouvez jeter un coup d’oeil sur mon article « Une semaine au ski en famille ou comment survivre dans 12 m2 à 3« 

Surtout n’hésitez pas à commenter et à me laisser tous vos trucs de voyage, je pourrais les ajouter à mon article pour les partager !

À très vite pour un nouvel article sur « comment faire la valise de son enfant » !  

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top

Dressing : mes 10 astuces pour un rangement au top

Dressing : mes 10 astuces pour un rangement au top 1170 780 Virginie

Temps de lecture : 5 minutes

Votre dressing déborde, vous rêvez d’un dressing impeccable mais vous ne savez pas comment faire pour y voir clair.

Grâce à ces 10 astuces vous allez enfin avoir un rangement au top ! À vous le plaisir d’ouvrir votre placard pour y choisir la tenue qui vous convient.

On commence par quoi ?


1. Commencez par désencombrer votre dressing

Il est tout d’abord indispensable de faire un bon tri et un sérieux désencombrement. Car comme vous le savez, impossible de ranger sans désencombrer. Il faut nécessairement trier et faire de la place pour pouvoir bien ranger.

L’idée est donc de désencombrer puis de ranger.

Les méthodes pour désencombrer son dressing sont nombreuses parmi lesquelles on peut citer la méthode Konmari (si cela ne vous dit rien je vous invite à lire mon article « Marie Kondo : mythe ou réalité ? ») ou encore le projet 3 33 (L’idée est de choisir en début de saison 33 vêtements afin de vous créer des looks pour les 3 mois suivants).

Contrairement à Marie Kondo, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de tout vider en même temps car, selon moi, la vision d’un énorme tas de vêtements est assez décourageante, surtout si l’on range seule.

Donc, procédez par étape. Commencez par une étagère, puis une autre, un tiroir, puis un autre, etc. En ce qui concerne votre penderie, agissez comme vous préférez. C’est à dire que vous avez le choix entre tout sortir ou opérer cintre par cintre.

Même si vous procédez petit pas par petit pas, essayez quand même de finir votre dressing ; vous n’en serez que plus satisfaite et fière de vous.

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top-


2. Posez-vous les bonnes questions

Pour chaque vêtement interrogez-vous :

  • Ce vêtement est-il :
    • en bon état ?
    • à ma taille ?
    • unique ? j’entends par là, en avez-vous un ou plusieurs identiques ?
  • Est-ce que ce vêtement me va ? Me met-il en valeur ?
  • Est-ce que je porte ce vêtement ? et si oui est-ce que j’aime le porter ?
  • Ai-je besoin de ce vêtement ?
  • Ai-je suffisamment de place pour le garder ?
  • Quand m’en suis-je servie pour la dernière fois ? Si vous avez porté ce vêtement il y plus d’un an, il est peu probable que vous le mettiez de nouveau à l’avenir.
  • Ce vêtement a-t-il une valeur émotionnelle ou esthétique ? Vous pouvez en effet garder quelques pièces car vous les trouvez belles ou qu’elles vous rappellent de bons souvenirs. Mais pas trop quant même !  Je conserve ainsi le tee-shirt que je portais quand j’ai mis ma fille au monde.

L’idée ici, n’est pas de vider totalement son dressing mais de ne conserver que les vêtements qui :

  • sont en bon état,
  • sont à votre taille,
  • vous mettent en valeur,
  • vous procurent du plaisir quand vous les portez,
  • sont utiles.

Evitez de garder des vêtements qui ne sont plus à votre taille, au cas où. Ils ont tendance à encombrer vos placards et vous aurez probablement envie d’autre chose le moment venu.


3. Donnez, vendez, recyclez ou jetez

Les vêtements qui ne remplissent pas les critères pour être conservés dans votre dressing seront donnés ou vendus s’ils sont en bon état, recyclés (en torchon par exemple), ou jetés le cas échéant. Il en va évidemment de même avec vos sous-vêtements, chaussettes, écharpes, accessoires, …

Ne tardez pas à vous débarrasser des ces vêtements car si les sacs restent trop longtemps sous vos yeux vous serez tentés d’aller y jeter un coup d’oeil ou plus !

Voilà, une fois ce désencombrement opéré, il faut ranger vos vêtements et si vous avez bien trié, vous allez être heureuse de constater que vous avez de la place pour réaliser cette opération.

Recycler- Dressing : 10 astuces pour un rangement au top- ranger organiser- Home organiser à Bruxelles


4. Créez votre propre système de rangement pour votre dressing

Un système de rangement est assez personnel. Il faut trouver celui qui vous convient et qui est le plus pratique pour vous, en fonction de vos besoins et de vos placards.

Le but est d’arranger votre placard au mieux pour voir au maximum vos vêtements et vous faire gagner du temps quand vous cherchez une tenue.


5. Rangez

  • vos vêtements par catégorie

Les bas d’un côté, les hauts de l’autre. Vous pouvez aussi affiner dans chaque catégorie ; jupes, robes, pantalons, vestes, … Si vous pendez vos tops / chemisiers, vous pouvez opter pour un classement par couleur (c’est celui que j’utilise) ; c’est joli et pratique quand on s’habille.

  • Pendus ou pliés : à vous de jouer !

Les polos, tee-shirts, pulls, jeans, bref tout ce qui se froisse peu sera plutôt rangé sur les étagères, si possible verticalement dans des boîtes car cela évite de défaire les piles quand on prend un vêtement.

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top


6. Eviter de mettre de côté les vêtements qui ne sont plus de saison.

Si vous avez la place, gardez-les à portée de vue. Vous pourrez toujours en avoir besoin.  Bien évidement vous pouvez mettre vos gros pulls en haut de l’armoire si l’été est là.

Le haut de votre penderie, souvent peu accessible, peut accueillir les vêtements que vous n’allez surement pas utiliser dans l’immédiat comme les affaires de ski ou les affaires de plage.


7. Pensez « boîtes et paniers »

Mettez vos accessoires, sous-vêtements, chaussettes dans des boîtes ou paniers sans couvercles ; chacun le sien !

Dressing : 10 astuces pour un rangement au top


8. Achetez moins mais mieux

  • Réfléchissez avant d’acheter ! Acheter toujours plus ne rend pas plus heureux ou plus épanoui contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire.
  • Évitez d’acheter en grosse quantité, contentez-vous de ce dont vous avez besoin et privilégiez la qualité plutôt que la quantité.


9. Si quelque chose rentre dans votre dressing, quelque chose doit sortir !

Vous sortez faire du shopping ou peut-être avez-vous envie de faire les soldes ?

Ouvrez votre placard et posez-vous les questions suivantes :

  • De quoi ai-je besoin ?
  • Quels sont les vêtements que je ne porte plus ?

En répondant à la première question vous éviterez des achats inutiles et en répondant à la seconde vous pourrez faire de la place.

Et quand vous sortez, pensez à prendre avec vous la liste de ce dont vous avez besoin.


10. Méfiez-vous d’internet !

Les pages sont pleines de vêtements super tentants et il est parfois difficile d’y résister.

Mon truc pour limiter les achats impulsifs :

je m’envoie, par mail, la page qui me tente puis je la classe dans ma boite mail. J’ai créé à cet effet, une boîte « To buy ». Ça me laisse le temps de la réflexion.  J’y retourne de temps en temps et je me rends compte que finalement telle ou telle chose ne me manque pas ! Et ça marche pour tous les objets pas seulement les vêtements !

Pour finir, une astuce Bonus :

Chaque jour, comme je vous le conseille dans mon article « Votre routine « chambre » ou 5 minutes par jour pour une chambre rangée » :

  • mettez vos vêtements sales dans le panier à linge,
  • les vêtements qui restent, qui sont encore propres et qui pourront être portés à nouveau, n’hésitez pas à les ranger dans le placard plutôt que sur une chaise ou un valet car cela les empêchera de se froisser.

Voilà grâce à ces 10 + 1  astuces  votre Dressing va désormais être bien rangé et pratique à utiliser.

Et si la mise en oeuvre de ces astuces vous effraie, contactez-moi que l’on puisse y travailler ensemble. C’est plus facile quand on est accompagné !

En attendant, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ; c’est toujours un grand plaisir de vous lire.

Bordélique ou Maniaque du Rangement : Le Duel

Bordélique ou Maniaque du Rangement : Le Duel

Bordélique ou Maniaque du Rangement : Le Duel 2560 1707 Virginie

Temps de lecture : 5 minutes

À ma droite, Madame Bordélique ; le désordre, ce n’est pas son problème. Tout traîne chez elle mais cela ne la dérange pas ! À ma gauche, Monsieur Maniaque du rangement ; il ne supporte pas que les choses traînent chez lui au risque de se fâcher avec son entourage. Qui l’emportera ? Les paris sont ouverts !


Monsieur Maniaque du rangement vous explique pourquoi ranger

Les raisons qui poussent le maniaque du rangement à ranger sont nombreuses :

  • Cet environnement rangé est apaisant, reposant, plus esthétique ;
  • Il ne se laisse pas déborder par ses possessions et sait quoi faire de ses objets ;
  • Celui-ci ne perd pas de temps à chercher ses affaires car il sait où elles sont rangées ; ce temps gagné lui permet de se recentrer sur l’essentiel, d’avoir du temps pour de nouvelles activités et de diminuer son stress ;
  • Il gagne de la place car sa maison est désencombrée et il limite ses possessions ;
  • Le ménage est facilité car rien ne traîne ;
  • Pas d’argent gâché à racheter des choses qu’il possède déjà mais qu’il ne retrouve pas ;
  • Ranger lui fait du bien.
  • Comme 30% des personnes interrogées dans le cadre d’une étude récente portant sur l’influence du rangement sur le bien-être des Français et les solutions de rangement réalisée à la demande de l’Ameublement français, il y trouve un bénéfice psychologique car ça met de l’ordre dans sa vie .

Cette étude révèle aussi que, comme Monsieur Maniaque, « 46% des Français ont besoin que leur logement soit bien rangé pour se sentir bien » et que « 45% le jugent préférable, même si ce n’est pas essentiel pour eux ». De plus, 87% des personnes interrogées déclarent « se sentir beaucoup mieux après avoir rangé ».

Il semblerait donc que pour un certain nombre d’entre nous le rangement contribue au bien-être. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde !

Bordélique ou Maniaque du Rangement : Le Duel


Madame Maniaque vous dit tout sur le désordre

Certaines personnes, comme Madame Bordélique, acceptent de vivre dans le désordre de manière permanente ou presque. Certains sont insensibles à l’état de leur intérieur mais pour d’autres, cette situation est réellement source de souffrance.

L’article « Pourquoi suis-je désordonné ? » publié sur le site de Santé magazine propose les explications suivantes sur la présence du désordre dans certaines habitation :

  • Le désordre peut parfois être le reflet d’une incapacité profonde à mettre sa vie en ordre. Ou un refus de se prendre en main ;
  • Chez certains, le désordre n’est qu’apparent ; ils retrouvent toujours ce qu’ils cherchent. « L’aimable bazar qui entoure ces désordonnés-là a quelque chose de créatif et tient d’une certaine manière de dire aux autres : « Je fais les choses à ma façon ! »
  • D’autres ne supportent pas qu’on les commande. Le désordre serait une espèce de révolte.
  • Parfois « le désordre s’est faufilé dans leur vie à cause d’un excès de contrôle social d’abord extérieur, puis intériorisé au point de les étouffer ? Le désordre serait alors une sorte d’exutoire, une soupape de sécurité…»
  • Il peut s’agir tout simplement de paresse ; certaines personnes désordonnées espérant que d’autres le feront à leur place !

Dans certains cas le désordre est subi. Les bordéliques sont alors extrêmement angoissées par le désordre qui règne chez eux à un point tel qu’ils ont envie de quitter leur domicile, ou de ne plus y rentrer. Leur intérieur trop négligé leur fait parfois tellement honte qu’ils perdent l’envie d’inviter des amis chez eux..

Mais là où le bordélique et le maniaque se rejoignent c’est quand leurs habitude de rangement ou de non-rangement tournent à l’obsession.

Deux dangers ne cessent de menacer le monde ; l’ordre et le désordre.

Paul Valéry


Bordélique ou maniaque : le moment où ça dérape !

Maniaque ou Bordélique, parfois ces situations d’ordre et de désordre peuvent déraper vers des extrêmes.

Quand le maniaque dérape

Dans l’article « Quand désencombrer tourne à l’obsession », l’auteure nous explique comment, essoufflée par le rythme de sa consommation, n’ayant plus réellement de plaisir à posséder autant et lassée de la joie éphémère que lui procurait ses achats, elle s’est tournée vers le minimalisme. Elle expose surtout comment d’un attrait pour le minimalisme qui lui semblait promettre que le bonheur se trouve dans la simplicité, elle est devenue obsédée par le désencombrement.

Elle ajoute « J’ai toutefois fait l’erreur de croire que le bonheur me tomberait dessus une fois que le désencombrement serait terminé. Je croyais fermement que c’était l’absence de désordre qui allait me rendre heureuse. Qu’en vivant enfin dans un lieu épuré, entourée uniquement d’objets qui me plaisent, je me sentirais enfin en paix.

Ça m’a pris un bon moment avant de comprendre que ce n’est pas si simple.

L’envie d’une vie plus simple, c’est le début de quelque chose : d’une prise de conscience, d’un remaniement des priorités, d’une opportunité d’explorer nos passions et de la possibilité d’enfin économiser un peu.

Le désencombrement ne fait pas apparaître le bonheur, il lui ouvre simplement la porte. »

En outre,  les maniaques de l’ordre sont parfois :

  • dans une démarche obsessionnelle qui peut dans certains cas extrêmes être considérée comme pathologique ;
  • très anxieux ; le fait d’agir sur les objets leur permettant de gérer leur anxiété ;
  • dotés d’une personnalité psychorigide ;
  • dans l’incapacité de se remettre en question.

Toutefois si la quête de simplicité peut tourner à l’obsession et au besoin de tout maîtriser, à l’inverse un intérieur dans lequel règne le fouillis et la désorganisation peut entraîner des déséquilibres.

Désordre et déséquilibre

Désordre peut rimer avec stress, tensions et mal-être. Il peut aussi conduire à créer des tensions au sein de la famille et du couple ; en particulier quand le désordre devient une façon de s’imposer aux dépends des autres. Sous prétexte d’affirmer sa liberté, le désordre du bordélique peut finir par empiéter sur l’espace des autres membres de la famille qui peuvent se sentir envahis.

Et puis quand on ne trouve plus ses affaires, on s’énerve, on stresse, on accuse les autres !

Mais la première victime du désordre est souvent le bordélique lui-même ; rendez-vous, trains ou avions ratés pour cause de négligence dans la tenue de son agenda ou de perte de billets, lui entraînant des ennuis dans ses relations professionnelles ou personnelles.

Si le bordélique a bien souvent conscience que son mode de fonctionnement le dessert, ses tentatives pour évoluer vers plus d’ordre sont souvent des échecs. C’est le cas en particulier lorsque le désordre est le reflet :

  • d’un rapport compliqué aux objets (peur de manquer, les au-cas-où, les collections, … )
  • d’une difficulté à gérer ses angoisses ou d’une pathologie plus sévère comme le syndrome de Diogène.

Dans les cas où désencombrer et ranger est trop douloureux, il est important de se faire accompagner par un professionnel ; et je ne parle de Home organiser mais bien d’un thérapeute à même de travailler sur les problèmes de fond ou plus précisément sur le fond du problème.

Alors, selon vous, qui sort vainqueur de ce match, Monsieur Maniaque ou Madame Bordélique ?

Pour moi, la solution se trouve dans l’équilibre. Ni bordélique, ni maniaque ! Chacun doit trouver comment désencombrer, ranger, agencer, décorer son intérieur afin d’y vivre serein et en harmonie avec soi-même et les autres … et si ce n’est pas le Bonheur, cela y contribue sans nul doute !

J’ai hâte de lire vos commentaires !

Point chaud : on parle de science ou de désordre

Point chaud : on parle de science ou de désordre ?

Point chaud : on parle de science ou de désordre ? 2560 1707 Virginie

Temps de lecture : 4 minutes

Avez-vous déjà remarqué que, dans certains endroits de votre maison, le bazar s’accumule ?

Eh bien, en langage de Home Organiser, on appelle ça un point chaud.

Tout savoir sur le point chaud pour éviter l’incendie, ça vous tente ?


Un point chaud : c’est quoi ?

C’est simple, imaginez : vous rentrez chez vous, fatiguée, les mains pleines – courrier, courses, gants, écharpe, clefs, … – Bref pleines ! Et là, dans l’entrée devant vous apparaît, tel un mirage, ce petit meuble qui n’attend que ça : que vous y vidiez les mains – je plaisante, bien sûr ! Et comme par magie, le bazar que vous avez dans les mains vient s’ajouter à ce que vous aviez déjà déposé hier et avant-hier. Mais aussi, à tout ce que les autres membres de la famille y ont abandonné.

Et c’est pour cela que ce petit meuble s’appelle un point chaud.  Car c’est un endroit où les choses s’accumulent. On parle de point chaud car, si on n’y prête pas attention, le feu peut y prendre et s’étendre. Bref le désordre s’accumule et la situation s’aggrave de jour en jour.

C’est en principe aussi l’endroit que vos enfants vont choisir pour déposer les documents relatifs à l’école ou toutes les choses qu’ils ne savent pas où ranger.

Il va s’en dire que les points chauds sont dangereux dans une maison que l’on souhaite bien rangée.

Point chaud : on parle de science ou de désordre


Est-il important de détecter un point chaud ?

Il est indispensable de détecter les points chauds car si on ne s’en occupe pas, ils se transforment à la longue en foyer d’encombrement.

Encore un terme technique me direz-vous ! C’est vrai que les home organisers ont un vocabulaire bien à eux. Ça leur permet de caractériser rapidement une situation. Donc un foyer d’encombrement est une zone, petite ou grande, où le bazar s’installe durablement. Tout le contraire de ce que l’on souhaite pour son intérieur, non ?

D’accord, c’est important de les traquer mais je fais comment pour les trouver chez moi ?


Comment détecter un point chaud ?

C’est très simple. Commencez par faire le tour de votre maison. Vous allez les repérer et les reconnaître tout de suite.

Un point chaud, il peut être n’importe où.

– Dans la cuisine, il peut s’agir du plan de travail ou de l’îlot central.

– Dans l’entrée : le dessus d’un meuble ou une chaise.

– Dans la salle à manger : la table.

– Dans les chambres : les tables de nuit ou une chaise sur laquelle on entasse les vêtements.

Mais les points chauds existent aussi dans votre voiture… Et là, je vous invite à lire mon article « Mes 5 conseils pour une voiture rangée et organisée » pour savoir comment procéder.

Bref. Dès que vous constatez une zone où le bazar s’accumule, il s’agit d’un point chaud.

La mauvaise nouvelle c’est qu’il peut y en avoir plusieurs dans la maison. La bonne nouvelle, c’est qu’on peut s’en débarrasser.

Point chaud : on parle de science ou de désordre


Comment  éviter un point chaud ?

Il faut tout d’abord commencer par s’interroger sur le pourquoi y a-t-il un point chaud à cet endroit ?

  • C’est pratique car c’est dans l’entrée.
  • Quand je rentre, la table ou le meuble me tend les bras.
  • Je pose là ce dont je ne sais pas quoi faire.

Bref, les causes peuvent être multiples.

Une fois la ou les causes analysées, identifiez les objets qui traînent là.

Puis, vient le moment de traiter ce point chaud. Vous pouvez commencer simplement par retirer le contenant qui sert à accueillir le point chaud ou son support (le meuble).

Si le point chaud est, une chaise dans une entrée, sur laquelle s’accumule les manteaux, il faut réfléchir à comment mieux organiser cet endroit. Vous pouvez  par exemple, installer un vrai meuble pour pendre les vêtements. Evidemment, il ne s’agira pas de pendre tous les vêtements de la famille mais seulement ceux qui vont être réutilisés rapidement. Les autres iront dans une armoire.

De même, vous pouvez mettre un panier dans l’entrée pour recueillir les bonnets, gants. C’est ce que nous faisons chez nous. Quand on rentre il est peu contraignant d’y déposer ses affaires. Du coup, certes le panier est plein mais rien ne traine en dehors de celui-ci.

Certaines Home organisers préconisent de mettre un élément décoratif à l’endroit du point chaud. À titre personnel, je préfère ne rien mettre. Une décoration ça prend la poussière et c’est plus de ménage.

Ensuite, il est important de changer ses habitudes.

Changer ses habitudes

Par exemple, pour le courrier qui a souvent tendance à s’accumuler. Vous pouvez :

  • commencer par tout ouvrir, dès réception.
  • jeter ce qui ne vous intéresse pas (dans la poubelle à papier, bien sûr !).
  • conserver dans un tri courrier ce qui est à traiter et qui donc nécessite plus de temps.
  • ranger directement les papiers qui peuvent l’être car ne nécessitant aucune intervention, comme par exemple des factures prélevées automatiquement.
  • si vous n’avez pas de temps dans l’immédiat, vous pouvez mettre dans le tri courrier / corbeille à courrier, le courrier à traiter mais également le courrier à ranger.
  • une fois par semaine, pensez à vider votre tri courrier en traitant et rangeant ce qui doit l’être.
Point chaud : on parle de science ou de désordre

Pour éviter le développement d’un point chaud, il est également important voire indispensable de trouver une place pour chaque chose. Ainsi en rentrant chez vous vous saurez immédiatement quoi faire de ces objets qui vous encombrent les mains.  Pensez à vous habituer à ranger directement vos affaires à leur place.

Chaque chose à sa place 

Si la zone s’encombre de nouveau, votre plan de travail par exemple, prenez un peu de temps pour réfléchir à la place que vous avez attribué à chacune des choses qui traînent ; cette place n’est peut-être pas la bonne et mérite d’être changée.

Enfin, je vous conseille de vérifier chaque jour l’état de la zone, au moins au début, le temps de changer les mauvaises habitudes. Récupérer ce qui traîne et faites place nette, car malheureusement le bazar attirant le bazar, si des choses sont déposées à cet endroit, il y a fort à parier que l’accumulation reprendra. Donc, vigilance !

Voilà, maintenant le point chaud n’a plus de secret pour vous.  Avez-vous réussi à les identifier chez vous ? N’hésitez pas à ma le dire en commentaire.

Ranger sa maison : par où commencer pour réussir

Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ?

Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ? 1170 896 Virginie

Temps de lecture : 3 minutes

Vous aimeriez bien ranger votre maison mais vous ne savez pas par où commencer ?

Je partage avec vous quelques recettes simples qui vous permettront de vous y mettre sans difficulté.

Bon rangement ! 


1. Désencombrer avant de ranger

Inutile d’imaginer ranger sans désencombrement préalable ; ça ne fonctionne pas !

Désencombrer est la base d’un rangement durable !

Alors prenez votre courage à deux mains et commencez le tri !

Bonne idée me direz-vous, mais je commence par où ?

Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ?


2. Commencer par un endroit petit

Pour y arriver, il faut viser petit au début, un pas après l’autre !

Donc, commencez par repérer, un tiroir ou une étagère, une partie de pièce que vous ne supportez plus car trop encombré ! Si vous vous sentez le courage vous pouvez débuter votre désencombrement par une pièce ! Mais attention de ne pas viser trop haut.

Fixez-vous un objectif réaliste !

Il faut que ce soit réalisable car sinon vous allez être découragé(e) car vous n’y arriverez pas.

Une fois votre but atteint, vous pourrez passer à un autre objectif !

tiroirs-ranger- Ranger sa maison : par où commencer pour réussir


3. Commencer par les objets usuels

Il est important de commencer votre désencombrement par des objets non chargés affectivement. Inutile de vous attaquer à vos souvenirs en premier, c’est voué à l’échec ! De même, si vos vêtements et vos chaussures sont tout pour vous, évitez de débuter par votre dressing  !

Donc on met les objets sentimentaux de côté et on se concentre sur les objets courants.

Cuisine- vaisselle- ranger sa maison : par où commencer pour réussir


4. Je m’y mets dans quel ordre ?

Il s’agit de faire le lien avec le point 2. Si vous souhaitez réellement ranger chez vous, il va falloir réfléchir un peu à la façon dont vous souhaitez procéder et établir un plan d’action.

Ne vous prenez pas la tête à construire quelque chose de trop ambitieux ; cela ne servirait qu’à vous décourager !

Décidez d’abord si vous souhaitez procéder par pièce ou par catégorie d’objets ; peu importe, c’est à vous de décider, selon votre envie !

Mais dans quel ordre ? Par exemple, vous pouvez attaquer à la cuisine, puis la salle de bain, votre chambre, … Si vous commencez par la cuisine, vous pourrez débuter par un tiroir ; celui des ustensiles par exemple ! Puis un autre, ou une étagère, etc, …

Si vous êtes seule à ranger, je vous conseille de ne pas de tout sortir d’un coup car vous risqueriez de vous sentir submergé(e) et d’avoir envie de partir en courant.

Avant de commencer, je vous invite aussi à lire mon article « Les 30 objets dont vous pouvez vous débarrasser tout de suite sans réfléchir ».

C’est une check-list pour commencer à alléger votre maison sans vous prendre la tête ; elle vous permettra de vous séparer de tout ce qui est cassé, en double, inutile, de ce que vous n’aimez pas ou qui est trop petit. Bref, de ne garder que ce que vous aimez et qui est utilisé !

Pensez aussi à rendre les objets qui vous ont été prêtés !

Cuisine- vaisselle- ranger sa maison : par où commencer pour réussir


5. Se préparer pour être efficace

Pas de panique, il ne s’agit pas d’une grosse préparation, vous ne partez pas en expédition ! Quoi que !

Choisissez juste bien :

  • le moment ! Ne vous y mettez pas si vous êtes fatiguée ou si vous n’avez pas le moral, ou si vous n’avez que 15 minutes devant vous !
  • la tenue qui doit être confortable et pratique !
  • la musique ! Une musique entraînante ça aide !

Ne vous laissez pas distraire et restez concentré(e) ! Si vos copines vous appellent, évitez de décrocher ; ce sera difficile de vous y remettre !

Ranger sa maison : par où commencer pour réussir- tenue-rangement


6. Montrez l’exemple

Inutile de harceler le reste de votre maisonnée pour que tout le monde range … ça ne fonctionnera pas !

Commencez et vous verrez ! Si le résultat leur plaît et qu’ils y trouvent un bénéfice, comme un gain de place ou de temps (on ne cherche plus ses affaires car elles sont à leur place) vous pourrez les rallier à votre cause !

Voilà vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous mettre à ranger votre maison ! Vous savez enfin par où commencer pour réussir !

Et, si toutefois ranger s’avère plus difficile que prévu, n’hésitez pas à me poser vos questions, je serai très heureuse de pouvoir vous aider.

Bon rangement !

Afin de pouvoir envoyer ce message, j'ai besoin de votre autorisation pour traiter vos données:

Politique de confidentialité

Pour assurer le bon fonctionnement de ce site, nous devons parfois enregistrer de petits fichiers de données sur l'équipement de nos utilisateurs. La plupart des sites web font de même.

Qu'est-ce qu'un cookie ?

Un cookie est un petit fichier texte que les sites web sauvegardent sur votre ordinateur ou appareil mobile lorsque vous les consultez. Il permet à ces sites de mémoriser vos actions et préférences (nom d'utilisateur, langue, taille des caractères et autres paramètres d'affichage) pendant un temps donné, pour que vous n'ayez pas à indiquer ces informations à chaque fois vous consultez ces sites ou naviguez d'une page à une autre.

Consultez la politique de confidentialité ici

Activer/désactiver Google Analytics
En visitant ce site web, vous consentez à l'utilisation des cookies conformément à la politique de confidentialité.
>