Ranger ses livres : un vrai défi !

Ranger ses livres : un vrai défi !

Ranger ses livres : un vrai défi ! 1169 697 Virginie

Temps de lecture : 6 minutes

Vous avez des piles de livres chez vous qui attendent d’être lus ? Et pourtant vous continuez à acheter d’autres livres quand vous en avez l’occasion ? Et vous vous demandez souvent comment ranger tous ces livres ? 

Le livre peut parfois être une véritable source d’encombrement qui peut même aller au-delà de la bibliothèque ; la maison étant pleine de piles de livres disposées ça et là. 

En faisant quelques recherches, je suis tombée sur plusieurs articles très intéressants qui m’ont donné envie d’en savoir plus.

Ce que j’ai découvert va vous étonner, j’en suis sûre.

Piles de livres-lecteur-ranger-livres

Le goût des livres à l’extrême ou l’impossibilité de ranger ses livres

Comme le souligne un article bien documenté sur le sujet intitulé  « Êtes-vous atteint de Tsundoku ou de bibliomanie ? » (sur le site Dicopathe.com) : « le goût des livres et l’envie de les collectionner peuvent conduire à une forme extrême d’addiction, assimilée à une véritable pathologie » avec bien évidemment des conséquences négatives pour la personne mais également pour l’entourage.

Penchons-nous tout d’abord sur le Ttsundoku. Il s’agit d’un terme japonais utilisé pour décrire une personne qui possède beaucoup de littérature non lue.

Tsundoku

Le professeur Andrew Gerstle de l’Université de Londres a expliqué à la BBC que le terme était assez ancien. Il a été trouvé dans des écrits dès 1879, ce qui signifie qu’il était probablement utilisé avant.

Le mot « doku » peut être utilisé comme verbe pour signifier « lecture » et le « tsun » dans « tsundoku » proviendrait de « tsumu » – un mot signifiant « s’entasser« .

Ainsi, une fois assemblé, « tsundoku » a le sens d’acheter du matériel de lecture et de l’empiler.

En pratique, le tsundoku présenterait 3 caractéristiques principales :

  1. une addiction à l’acquisition et à la possession de livres, qu’il s’agisse d’achats programmés ou impulsifs ;
  2. la construction de piles, érigées selon la personnalité de chacun dans un style artistique, ordonné ou anarchique ;
  3. le fait que la lecture de ces livres, parfois juste entamée, est systématiquement remise à plus tard.
Tsundoku-ranger-livres

Mais à côté du Ttsundoku est également évoqué le terme de Bibliomanie. Et si les deux termes ont pour conséquence d’accumuler les livres, le « pourquoi » de l’accumulation est un peu différent.

Bibliomanie

Cette notion d’accumulation (sans utilisation du terme de « bibliomane ») apparaît relativement tôt dans l’ouvrage de Jean de La Bruyère Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688) qui inclut au « De la mode » la brève description d’un collectionneur compulsif de beaux livres « dorés sur tranche » « qui ne lit jamais ».

Un des premiers utilisateurs du terme bibliomania, en latin, fut le recteur de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas qui en 1739 l’utilisa pour qualifier non pas une pathologie, mais l’amour des livres et du savoir. 

Même en Russie !

Dans un article publié sur le site Slate.fr et intitulé « La bibliomanie, ou quand l’accumulation de livres devient un problème« , le journaliste Robin Panfili évoque un cas célèbre, celui d’Aloïs Pichler qui, en 1869, fut engagé comme bibliothécaire à la Bibliothèque publique impériale de Saint-Pétersbourg en Russie. Deux ans plus tard, on découvrit que les 4.500 ouvrages qui manquaient dans les rayonnages de la bibliothèque se trouvaient chez lui !

L’article relate également l’histoire de Richard Heber qui, à partir de 1804, collectionna un total de 146.000 livres rares, répartis dans huit maisons avec naturellement de graves conséquences financières.

Cette bibliomanie fut considérée comme une maladie pseudo-psychologique sombre qui a sévi parmi les classes supérieures en Europe au cours des années 1800. Les symptômes comprenaient une frénésie pour la chasse aux premières éditions, aux exemplaires rares, aux livres de certaines tailles ou imprimés sur du papier spécifique.

Certains collectionneurs ont dépensé toute leur fortune pour construire leurs bibliothèques personnelles. Bien qu’elle n’ait jamais été classée médicalement, les gens des années 1800 craignaient vraiment la bibliomanie (Bibliomania, the Dark Desire For Books That Infected Europe in the 1800s – Atlas Obscura).

Une épidémie au 19 ème siècle

Des ouvrages de l’époque lui furent également consacré comme Bibliomania qui est le titre d’un roman du XIXe siècle de Thomas Frognall Dibdin qui prétendait explorer la «folie du livre» c’est à dire l’acte de ne pas pouvoir arrêter de collectionner de la littérature.

Selon sa définition, les personnes atteintes de bibliomanie étaient obsédées par des livres uniques tels que les premières éditions et les exemplaires illustrés.

Réelle ou non, la bibliomanie serait un trouble obsessionnel compulsif, qui se manifeste par la collection, l’acquisition et/ou l’accumulation de livres en tous genres et dans de telles proportions que la santé ou les relations sociales de la personne souffrant de ce trouble psychologique peuvent s’en trouver endommagées.

Bien que bibliomanie et Tsundoku avaient des significations similaires, il existe bien une différence clé : la bibliomanie décrit l’intention de créer une collection de livres alors que le Tsundoku décrit plutôt l’intention de lire des livres et leur éventuelle collection accidentelle.

Bibliothèque-désordre-ranger-livres

Mais sans tomber dans ces deux extrêmes, l’amour des livres et de la lecture nous conduit souvent à les accumuler et il est parfois nécessaire de ranger ses livres.

Mais je fais comment pour ranger mes livres efficacement ?

Comme pour tous mes conseils de rangement, avant de ranger ses livres il est nécessaire de désencombrer. Je sais que cela est souvent difficile, en particulier pour les livres car nous y sommes souvent attaché(e)s.

Pour Marie Kondo, les livres font partie des objets que les gens ont du mal à jeter. Nombre de personnes avouent, qu’elles soient avides de lecture ou non, ne pas arriver à s’en séparer, mais le problème réside en fait dans la manière de procéder.”

Elle reprend donc pour les livres, la même technique qu’elle utilise pour désencombrer le reste de la maison. Cette technique consiste à réunir l’ensemble des livres de la maison au sol au lieu d’effectuer le tri directement dans la bibliothèque.

Cette méthode est très efficace pour visualiser la quantité de livres possédés mais si vous êtes seul(e) à ranger ce peut-être un peu décourageant.

Vous pouvez donc choisir de réunir une partie de vos livres sur une table pour commencer à les trier. Si cela est possible réunissez les livres d’une même catégorie, cela facilitera le rangement.

Comment décider si je garde tel ou tel livre

Vous pouvez vous séparer des livres :

  • que vous ne relirez plus
  • qui sont périmés (comme les guides touristiques, les guides de bonnes adresses, …)
  • que vous n’aimez pas (par exemple : certains livres de cuisine dont les recettes s’avèrent nulles !)
  • qui vous ne procurent pas de plaisir
  • qui sont manifestement trop encombrement (par rapport à la place disponible)

Ces livres qui ne retourneront pas dans votre bibliothèque peuvent être vendus ou donnés (à des amis ou des associations). Si vous n’en avez pas trop à donner, pensez à les mettre dans les boîtes à livres, ça fera des heureux. Et si vous avez du mal à vous en séparer, imaginez que ces livres auront une deuxième vie ailleurs ; j’aime beaucoup cette idée du voyage des livres !

Rangez vos livres

Pour ranger vos livres, plusieurs techniques s’offrent  à vous :

  • Rangement par taille : les livres de poche d’un côté, les grands formats d’un autre. Esthétique mais peu fonctionnel
  • Le classement par auteur en mélangeant les tailles – poches et grands formats. Pratique quand on cherche un livre mais pas très esthétique.
  • Ranger les livres de sa bibliothèque par couleur. Très esthétique mais peu pratique !
  • Par genre. On classe les livres par thème comme dans une bibliothèque publique : voyages, BD, policiers, sport, art, etc…
livres-cuisine-ranger

Ma méthode

À la maison, je fais un « mix » de ces méthodes : 

  • Je classe par « thème » les beaux livres – grands formats et moyens formats. J’ai par exemple une étagère « Océan Indien » : en plus de 8 ans de vie dans la région on accumule pas mal d’ouvrages !
  • J’ai réuni les livres de poches
  • Les BD vivent ensemble
  • Les albums photos ont leur étage
  • Les livres de ma fille sont dans sa bibliothèque.
Une petite partie de ma bibliothèque

S’agissant des livres de cuisine, ils sont désormais assez peu nombreux car je me suis rendue compte qu’il est beaucoup plus simple et rapide de rechercher une recette sur le net que dans un livre ; d’autant que l’on peut ajuster la recherche aux ingrédients que l’on a en stock. Si vous avez assez de place, vous pouvez les ranger dans votre cuisine ; chez moi ce n’est pas le cas.

À l’avenir je fais comment ?

Comme dans toute opération de rangement, le risque, une fois le désencombrement effectué est que le flux entrant demeure supérieur au flux sortant ; c’est-à-dire que vous continuez à acheter pleins de livres et vous n’en faites pas sortir de votre bibliothèque ! 

Je vous partage mon expérience qui peut être une solution pour gérer le flux.

J’adore les livres, ou plutôt nous adorons les livres. C’est de famille et nous avons transmis cela à notre fille. Lors de notre précédente expatriation nous avons même dû prendre un garde-meuble pour y stocker tous nos livres ; impossibles à déménager tellement le volume était important !

Vive la liseuse

Mais les murs n’étant pas extensibles, j’ai personnellement adopté, il y a quelques années, le livre numérique et ma liseuse Kindle ne me quitte plus. C’est moins chaleureux que le papier mais bien pratique :

  • on peut commencer à lire un livre immédiatement. A l’époque, étant expatriée loin de la France, cela me permettait de lire les livres que je souhaitais sans attendre l’ouverture de la librairie et surtout les 3 semaines de commande, si l’ouvrage n’était pas disponible en magasin. Un luxe donc !
  • on peut lire sans gêner la personne qui dort à vos côtés,  
  • il n’y a plus de problème de stockage, 
  • on peut emporter pleins de livres en vacances sans surpoids de bagage !

Ma fille était aussi une grosse lectrice, elle lit également sur liseuse depuis quelques mois. Pas tous, évidemment, nous achetons encore pas mal de livres papier pour elle, mais moins.

Désormais nous achetons essentiellement des « beaux livres » (donc plus rarement) et des guides de voyage !

Par ailleurs, je revends et/ou je donne régulièrement les livres que ma fille ne lit plus (et ne lira plus); j’avoue j’en garde quand même quelques uns en souvenir ! J’ai aussi beaucoup donné de livres de poches dans le passé. Avec le numérique la question ne se pose plus.

Voilà, désormais ranger les livres n’aura plus de secret pour vous ! Et si vous souhaitez en savoir un peu plus loin sur le rangement, je vous invite à lire « Ranger sa maison : par où commencer pour réussir ?« . Mais vous pouvez également me laisser un commentaire pour me parler de votre rapport aux livres, cela m’intéresse beaucoup !

  • Amah dit :

    Merci pour cet article. Sans être atteint de Tsundoku (je crois), j’achète souvent des livres que je ne finis pas toujours (surtout les livres de développement personnel) avant d’en prendre un autre dont le sujet m’intéresse ^^.
    Pour le moment, ils trainent un peu partout mais je vais essayer de les ranger en suivant la technique de Marie Kondo.

  • […] des livres de façon régulière. J’ai découvert cette semaine qu’on pouvait être atteint de Tsundokou, une manie à accumuler des livres qu’on lit partiellement. En effet, même si on relit […]

  • Afin de pouvoir envoyer ce message, j'ai besoin de votre autorisation pour traiter vos données:

    Politique de confidentialité

    Pour assurer le bon fonctionnement de ce site, nous devons parfois enregistrer de petits fichiers de données sur l'équipement de nos utilisateurs. La plupart des sites web font de même.

    Qu'est-ce qu'un cookie ?

    Un cookie est un petit fichier texte que les sites web sauvegardent sur votre ordinateur ou appareil mobile lorsque vous les consultez. Il permet à ces sites de mémoriser vos actions et préférences (nom d'utilisateur, langue, taille des caractères et autres paramètres d'affichage) pendant un temps donné, pour que vous n'ayez pas à indiquer ces informations à chaque fois vous consultez ces sites ou naviguez d'une page à une autre.

    Consultez la politique de confidentialité ici

    Activer/désactiver Google Analytics
    En visitant ce site web, vous consentez à l'utilisation des cookies conformément à la politique de confidentialité.
    >